BP entre espoir et menaces

 |   |  283  mots
La fin d'un cauchemar de douze semaines?? Si tout se passe comme l'espère BP, la marée noire qui se déverse depuis le 20 avril dans le golfe du Mexique pourrait être enfin stoppée. Pour le plus grand bonheur des populations de Louisiane, du Mississippi, d'Alabama, de Floride et du Texas qui ont vu arriver sur leurs côtes ces amas gluants qu'il faudra sans doute des années à nettoyer. Au grand soulagement aussi du groupe pétrolier britannique qui, toutefois, ne sera pas quitte pour autant.Prévu pour mardi, le début du test crucial n'avait pas démarré hier soir, à l'heure où nous mettions sous presse. Même si l'opération tant attendue réussit, les dégâts restent immenses pour la compagnie. En termes d'image, d'abord, puisque l'enquête diligentée par les autorités américaines montrera sans doute que le géant britannique a pris quelques libertés avec les règles de sécurité sur sa plate-forme accidentée. Financièrement ensuite. Les analystes chiffrent entre 30 et 70 milliards de dollars le coût pour BP de cette catastrophe, la pire de l'industrie pétrolière américaine. Des estimations plus précises ne pourront être établies qu'une fois la fuite arrêtée. Déjà, BP s'est engagé auprès de l'administration Obama à constituer un fonds de 20 milliards de dollars pour indemniser les victimes. Ses dirigeants sillonnent la planète pour proposer quelques-uns des plus jolis actifs du groupe, afin de financer cette fameuse réserve, mais aussi pour convaincre des fonds souverains d'entrer à son capital. Car, le pétrolier britannique craint une OPA et de perdre ainsi un siècle d'indépendance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :