Fitch menace de dégrader les Etats-Unis si le plafond de la dette n'était pas relevé

 |   |  339  mots
Il faudra mieux qu'une pièce "miraculeuse" de 1.000 milliards pour permettre au pays de sortir de l'impasse. Ce mardi, Fitch Ratings a menacé de retirer aux Etats-Unis sont triple "A", la meilleure note possible, si aucun accord sur le nécessaire relèvement du plafond de la dette n'aboutissait. Dans un communiqué, l'agence de notation donne le ton : "Un échec à relever le plafond de la dette en temps et en heure entraînera un examen formel des notes souveraines des Etats-Unis." Toutefois, elle assure dans la même missive que la probabilité d'un défaut de la première économie mondiale sur ses engagements apparaît "extrêmement faible".Un dispositif "inefficace et potentiellement dangereux"De fait, le plafond de la dette de l'Etat fédéral américain a atteint fin décembre son maximum autorisé, à 16.394 milliards de dollars. Après avoir évité de justesse le "mur budgétaire" au 1er janvier, les parlementaires ne disposent plus que de quelques semaines pour relever cette limite, sous peine de voir le pays dans l'incapacité de faire face à ses engagements. Problème : aucun compromis ne peut aboutir sans l'aval des républicains, majoritaires à la Chambre des représentants. Ceux-ci menacent de ne pas approuver le relèvement du plafond de la dette sans concessions des démocrates et de la Maison blanche, via des coupes dans les programmes fédéraux de santé.>> Mur budgétaire américain : l'épée de Damoclès toujours làPour mémoire l'Oncle Sam s'était déjà retrouvé dans cette situation en août 2011. L'impasse au Congrès avait alors poussé une autre grande agence de notation, Standard & Poor's, à retirer au pays sa note maximale. Il faut dire qu'à l'époque, les marchés financiers s'étaient montrés particulièrement nerveux.Dans sa note, Fitch en profite pour épingler ce mécanisme de plafonnement légal pour la dette. A ses yeux, il s'agit d'un dispositif "inefficace et potentiellement dangereux pour faire appliquer la discipline budgétaire", critique-t-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :