L'économie ukrainienne aux mains des oligarques

 |   |  408  mots
Aucun pays européen n'a autant pâti de la crise mondiale que l'Ukraine. Son activité s'est contractée de 15 % cette année, un résultat deux fois plus mauvais que celui de la Russie. La cause ? Une économie très peu diversifiée, tirée par les exportations de métaux de basse qualité. La chute brutale de la demande mondiale a provoqué un arrêt net de la métallurgie fin 2008 à début 2009, jetant sur le pavé des milliers d'Ukrainiens. La production industrielle a chuté de 34 %. Encore aggravé par l'augmentation du prix du gaz russe, l'endettement de l'État a bondi, et le FMI a été contraint dans l'urgence de verser un prêt de 16,4 milliards de dollars, en dépit de ses réticences, car Kiev n'a guère respecté les conditions du prêt. Ni réformes économiques, ni retenue dans les dépenses publiques, ni améliorations des institutions démocratiques.Affrontement par candidats interposésAutre plaie du pays, l'influence énorme des oligarques dans la vie politique ukrainienne. Contrairement à leurs homologues russes, qui ont le choix entre soutenir Poutine ou disparaître, la poignée de milliardaires ukrainiens exercent une mainmise sur l'économie presque entièrement privatisée, et s'affrontent par candidats interposés. Youlia Tymochenko clame haut et fort qu'elle veut débarrasser le pays des oligarques, mais quatre d'entre eux financent sa campagne. Sergueï Tarouta et Vitali Gaïdouk de l'aciériste ISD ; Kostya Jevago de Ferrexpo (coté à la Bourse de Londres) ; enfin Petro Porochenko, un homme d'affaires très controversé qui vient de lâcher sa mule, le président Victor Iouchtchenko. Viktor Ianoukovitch, le favori des sondages, bénéficie du soutien de la première fortune du pays, Rinat Akhmetov, l'un des hommes les plus riches d'Europe. Dmitri Firtach, l'homme clé du trafic gazier russo-ukrainien, figure également parmi ses partisans. Dans leur majorité, ces milliardaires ont constitué un capital de départ grâce au négoce du gaz, puis ont créé des banques ou directement racheté des actifs métallurgiques. Par la suite, ils ont étendu leur appétit aux médias et à la politique, devenant de véritables oligarques. Aussi néfaste que soit leur poids dans la politique ukrainienne, ils ne peuvent pas être accusés de faire le jeu de Moscou. Ils font trop de bonnes affaires avec l'Ouest pour tolérer une nouvelle inféodation du pays au grand frère russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :