Deux ans pour faire passer l'école à l'ère du numérique

 |   |  389  mots
Luc Chatel a deux ans pour « réussir l'école numérique ». À l'occasion de la remise lundi du rapport du député Jean-Michel Fourgous sur l'école numérique, le ministre de l'Éducation nationale a précisé qu'il dévoilerait d'ici avril « un plan numérique pluriannuel très ambitieux » (voir « La Tribune » numérique du 13 février). Objectif : que « l'école change de siècle » afin que le numérique devienne « le quotidien » des élèves en 2012. Il s'agit aussi surtout de rattraper le retard de la France, qui ne compte en moyenne que 12,5 ordinateurs pour 100 élèves.Douze prioritésPour ce faire, Luc Chatel compte donc reprendre les grandes lignes des 12 priorités et 70 mesures énoncées dans le rapport du député-maire UMP d'Élancourt (Yvelines). Passage incontournable, l'équipement avec la connexion haut débit de 100 % des établissements, le passage en trois ans de 27.000 tableaux interactifs à 185.000 (la Grande-Bretagne en compte déjà 450.000), le développement des espaces numériques de travail (ENT, portails de services), et la maintenance, souvent négligée. Autre priorité, la formation des enseignants (en cours de réforme). Ceux-ci, transformés, selon le rapport en « ingénieurs pédagogiques », doivent déjà passer le C2i au cours de leur cursus (certificat informatique et Internet, pendant des B2i que passent les élèves en primaire, collège et lycée), mais Jean-Michel Fourgous préconise de « prévoir à chaque concours de recrutement des personnels » une épreuve de validation des connaissances. Les inspecteurs, personnels de direction et administratifs devront aussi s'y atteler. Parallèlement, chaque ouvrage scolaire devra être publié en version bimédia dès 2011.Pour accompagner ces mesures, le rapport prévoit la mise en place d'une agence nationale de pilotage et d'un fonds de ressources numériques, avec, à la clef, une TVA à 5,5 %. Reste la question des moyens. Le député évalue ses mesures à 1 milliard d'euros au minimum. Si le grand emprunt prévoit 4,5 milliards d'euros pour le numérique et le haut débit, et bien que Luc Chatel ait porté fin 2009 de 50 millions à 67 millions le financement du plan écoles numériques rurales (qui concerne 40 % d'entre elles), l'heure est aux économies pour la maison Éducation. Nul doute que les collectivités locales vont devoir une fois de plus mettre la main au porte-monnaie. Clarisse Jay

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :