Mister Bell entend tirer profit de la « m-publicité »

 |   |  367  mots
Avec sa technologie de tracking mobile universelle, la jeune société Mister Bell veut s'imposer sur le marché du commerce mobile. Poussé par la croissance des smartphones, des tablettes multimédia et de l'Internet mobile, le secteur du « m-commerce » devrait croître fortement ces prochaines années. À l'instar du marché du commerce électronique américain au travers des réseaux mobiles devrait dépasser les 23 milliards de dollars d'ici à 2015, selon l'institut Coda Research.Un milliard de pagesLancée en juillet 2010, la plateforme d'affiliation Mister Bell Market Place permet aux entreprises d'avoir de nouveaux clients au travers des réseaux mobiles. Elle raccorderait aujourd'hui entre 3.000 et 4.000 annonceurs souhaitant diffuser leurs bannières publicitaires et générer des ventes via un téléphone mobile. Cette plateforme est développée sur un modèle d'affiliation/commission. Et l'on paie au téléchargement d'une application ou à la génération d'une vente. « Avec l'aide d'un système de mouchard, notre système va détecter qu'un « mobinaute » a acheté un billet de train à la SNCF. Mister Bell touchera 30 % sur cette transaction », détaille Philippe Lourenço, PDG de Mister Bell. Celui-ci veut adapter sa plateforme aux nouvelles technologies mobiles du marché, offrir à ses clients un véritable retour sur investissement en ne payant qu'au résultat escompté et de la performance en termes de publicité sur mobile. La PME qui prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros en 2011, propose des campagnes publicitaires au coût par action, et non au coût pour mille ou par clic.« Nous prévoyons de raccorder à notre plateforme d'affiliation un milliard de pages avec des bannières publicitaires en fin 2011. Notre objectif est de contribuer à l'explosion du m-commerce en Europe et aux Etats-Unis », avance Philippe Lourenço. De fait, le dirigeant a l'intention de lever 1,5 million d'euros pour améliorer sa plateforme technologique, pour poursuivre ses travaux de R&D - reconnus par Oséo - et pour recruter des commerciaux. « Nous souhaitons développer la communication du nouveau média mobile et de ses opportunités commerciales. Nous envisageons aussi des acquisitions de petits projets innovants liés au m-commerce », souligne le dirigeant.Clarisse Burge

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :