L'éditorial d' ERIK IZRAELEWICZ

 |   |  328  mots
Vous êtes un ­pétrolier, une banque, un club de vacances ou un journal en quête de capitaux?: vous ne pourrez bientôt plus échapper... à la gourmandise des Chinois. Alors qu'entre l'Europe et l'Amérique, les investisseurs s'interrogent pour savoir ­lequel des deux continents est le plus malade, la Chine (­comme les autres pays ­émergents) poursuit sa course en avant. Elle ­accumule technologies, capitaux et surplus. Hier, on apprenait que la croissance chinoise connaissait un « fort » ­ralentissement?: sa croissance est quand même toujours ­supérieure à 10 % l'an (11,1 % sur le premier semestre). On en voudrait?! Et s'il n'y avait que cela. La mise sur le marché du « Crédit Agricole chinois », l'Agricultural Bank of China, donnait lieu à la plus grande introduction en Bourse de toute l'histoire. Et on apprenait que le pays comptait 420 millions d'internautes, 36 millions de plus qu'un an auparavant, la plus nombreuse communauté nationale sur le Net. Des chiffres qui font dire aux éternels Cassandre que la Chine est embarquée dans une course folle, qu'elle finira par s'y casser les reins. En attendant, aux États-Unis, les investisseurs les plus malins, KKR ou Blackstone par exemple, continuent à parier sur l'empire du Milieu. Il reste que, comme l'a relevé, il y a ­quelques ­semaines, l'ex-­patron de ­General Electric dans un aveu de franchise plutôt ­exceptionnel, il règne là-bas dans les milieux d'affaires un ­climat nouveau. Forte de ses performances économiques et ­technologiques, sinon sportives, la Chine fait preuve à l'égard du reste du monde d'une assurance nouvelle, voire d'une certaine arrogance. Elle s'autorise même à noter le crédit des grands États souverains occidentaux. Normal puisque le pays en est devenu le principal banquier. Tous ceux qui travaillent avec la Chine ressentent cette évolution et tentent de s'y adapter. Mais attention?: dans le passé, on l'a vu trop souvent, beaucoup de grands patrons ont failli par excès d'assurance. Il peut en aller de même pour une grande nation.eizraelewicz@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :