Les énergies vertes ont résisté à la crise

 |   |  398  mots
L'importance des énergies vertes se confirme. C'est en tout cas ce qui ressort des deux rapports présentés jeudi par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). L'un d'eux, réalisé par le réseau REN21 visant à promouvoir les énergies renouvelables, estime que l'année 2009 a été « sans précédent ». Dans nombre de pays, la part des renouvelables dans l'approvisionnement en énergie croît rapidement. Et les investissements en 2009 dans les énergies propres ont résisté mieux que prévu. Après un ralentissement dû à la crise, ils ont rebondi durant les trois derniers trimestres de 2009, note pour sa part l'étude « Tendances globales de l'investissement dans l'énergie durable », effectuée par Bloomberg New Energy Finance.Les nouveaux investissements dans les énergies renouvelables ont, certes, accusé un repli de 7 % par rapport à 2008, reflétant l'impact de la récession, pour atteindre 162 milliards de dollars en 2009 contre 173 milliards en 2008. Mais les montants ont néanmoins quadruplé depuis 2004 et même dépassé ceux de 2007. Ces investissements ont ajouté l'an dernier environ 50 GW de capacité de production à travers le monde, hors hydroélectricité. Et si la tendance se poursuit, cette capacité pourrait distancer celle à base d'énergies fossiles (83 GW actuellement).Une tendance se dégage : la montée en puissance de l'énergie éolienne, présente désormais dans plus de 82 pays. En 2009, elle recueillait 56 % de l'ensemble des investissements dans les énergies renouvelables, soit 67 milliards d'euros, contre 45 % en 2008. Les investissements dans le solaire ont, en revanche, plongé de 27 %, souffrant de la baisse des prix. Ceux dans les biocarburants ont reculé eux aussi, contrairement à la biomasse (+ 14 %).Chine : l'éolien en force Autre enseignement de ces rapports : la Chine, dont l'investissement dans les énergies vertes a progressé de 53 % par rapport à 2008, est de loin le pays ayant ajouté le plus de nouveaux gigawatts de capacité renouvelable. Avec une forte poussée dans l'éolien.L'Europe, pour sa part, garde sa place de première région en termes d'investissements financiers dans les énergies propres, mais de justesse. Elle totalise 43,7 milliards de dollars en 2009, contre 48,4 milliards en 2008. En Amérique du Nord, en revanche, la tendance est à la baisse avec un recul de plus de 10 milliards de dollars. À l'inverse, les investissements s'envolent en Asie et en Océanie : pour la première fois, avec 40,8 milliards de dollars investis en 2009, ces deux zones ont dépassé les deux Amériques.Natasa Laporte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :