Net regain d'activité pour Mersen

 |   |  361  mots
Le rebond d'activité enregistré par Mersen au premier semestre va s'amplifier au second. Mercredi, l'ex-Carbone Lorraine, spécialiste des systèmes en graphite et des composants électriques, a relevé ses prévisions de chiffre d'affaires annuel. Le groupe, qui tablait auparavant sur un simple retour à progression de son activité en 2010, a indiqué anticiper une croissance organique à deux chiffres, alors qu'elle ne s'était élevée qu'à 7 % sur les six premiers mois de l'année. L'amélioration attendue concerne aussi sa rentabilité, avec un taux de marge opérationnelle courante prévue d'au moins 9,9 %, à comparer à un objectif précédent d'au moins 9 %. « La conjoncture est toujours bien orientée sur l'ensemble de nos marchés », a souligné le directeur financier Thomas Baumgartner. « Plus spécifiquement, les industries de procédés, qui avaient été plus affectées par la crise, sont en reprise, et la croissance dans le solaire s'est accélérée. » Mersen recueille ainsi les fruits du repositionnement opéré ces dernières années. L'ex-Carbone Lorraine, qui a cédé ses activités automobiles en 2009, a accentué son exposition aux marchés liés au développement durable (énergies alternatives, économies d'énergies, traitement de l'eau...). Il espère à terme en tirer la moitié de son chiffre d'affaires. Depuis 2007, Mersen a quadruplé ses ventes de systèmes utilisés sur toute la chaîne du photovoltaïque (52 millions d'euros en 2009). Dans ce segment, il s'est rapproché de son principal marché, la Chine (qui produit près des trois quarts des cellules solaires), en y multipliant implantations et augmentations de capacité. Ce tropisme asiatique, également matérialisé avec quelques acquisitions, lui permet de bénéficier du dynamisme du continent. La part de l'Asie dans son chiffre d'affaires croît régulièrement, de 18 % en 2007 à 24 % au premier semestre 2010. Rassuré sur la fin de l'année 2010, Mersen reste prudent sur le moyen terme. « Nous restons attentifs à ce qui peut se passer en 2011, observe Thomas Baumgartner. Nous sommes plutôt dans l'état d'esprit de nous préparer à plusieurs types d'éventualités, selon que l'on voit la reprise se poursuivre ou l'émergence d'un scénario en W. » Olivier Hensge

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :