En bref

 |   |  413  mots
STRONG>Les grands pays bien représentés au sein du service diplomatique européen Le nouveau corps diplomatique de l'Union européenne (UE) a commencé à prendre forme mercredi avec la nomination de plusieurs ambassadeurs à des postes clés. Un diplomate allemand de haut vol, Markus Ederer, obtient le poste très convoité d'ambassadeur de l'UE à Pékin et c'est l'ambassadeur autrichien auprès de l'UE, Hans Dietmar Schweisgut, qui ira à Tokyo. De nombreux postes reviennent en particulier aux Espagnols (Argentine, numéro deux à Pékin, Angola, Namibie, Guinée Bissau), aux Français (Philippines, Tchad, Zambie) et aux Irlandais (Bangladesh, Botswana, Mozambique). Les nouveaux États membres de l'UE restent eux les parents pauvres du partage du gâteau avec seulement deux Polonais (Corée du Sud, Jordanie), un Bulgare (Géorgie) et un Lituanien (Afghanistan) sur un total de 29 postes. La rigueur va prolonger la crise et la récession en Grèce, selon une étude Les mesures de rigueur adoptées par le gouvernement socialiste pour faire face au surendettement de la Grèce « va prolonger la crise économique et plonger le pays dans une longue période de récession les prochaines années», argumente une étude de 300 pages de l'Institut du travail, centre de réflexion du principal syndicat grec du secteur privé (INE-GSEE).Paris et Berlin soulignent leur vision de la réforme de la Pac La réforme à venir de la Politique agricole commune (PAC) doit conserver le principe d'une régulation du secteur et d'un haut niveau de ressources financières, estiment la France et l'Allemagne. Dans une position commune signée à Berlin par les ministres français et allemand, Bruno Le Maire et Ilse Aigner (photo), les deux pays disent être opposés à toute renationalisation de la première politique communautaire et lient une décision sur le budget à la négociation à venir sur les perspectives financières pluriannuelles de l'UE. « L'Union européenne a besoin d'une Pac forte au-delà de 2013. Il est nécessaire de disposer de ressources à la hauteur de nos ambitions. L'agriculture a besoin de stabilité et de visibilit頻, indique ce document. «L'expérience des dernières années montre qu'un cadre de régulation adapté (avec entre autres des paiements directs aux exploitants, des instruments de marché modernes fonctionnant comme un filet de sécurité, des organisations de producteurs) est nécessaire afin d'amortir les effets dévastateurs d'une volatilité croissante des prix et des crises de march頻, est-il encore indiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :