Bruxelles et Séoul libéralisent leur commerce

 |   |  353  mots
échanges commerciauxAprès deux ans d'âpres négociations, l'Union européenne (UE) et la Corée du Sud sont parvenus hier à signer un accord commercial préliminaire, le plus important jamais négocié avec un pays hors de l'Union. Il ouvre de surcroît la voie à d'autres signatures en Asie, la zone la plus dynamique sur le plan économique.Le traité qui vient d'être signé, accord préliminaire qui doit encore être soumis au feu vert des 27 membres de l'UE à l'unanimité, offrira des débouchés commerciaux importants tant pour l'UE, dont la Corée du Sud est le quatrième partenaire économique hors de l'Europe, que pour Séoul. Il prévoit à brève échéance une forte baisse des tarifs douaniers pour de nombreux biens (voitures, textile, etc.) et devrait générer un volume substantiel de nouveaux échanges de biens et de services, pouvant aller jusqu'à 19 milliards d'euros pour les exportateurs européens, selon la Commission européenne.Le ministre du Commerce sud-coréen, Kim Jong-hoon, a estimé que si l'accord entre en vigueur, il permettra une augmentation significative des investissements commerciaux bilatéraux.Outre les États membres, le Parlement européen devra lui aussi valider l'accord signé hier, pour une mise en ?uvre attendue au « second semestre 2010 », selon Bruxelles. Selon certaines sources, les risques de blocage sont limités. Certains États, comme l'Italie, qui exportent des automobiles et des biens à moyenne et à faible valeur ajoutée, très concurrencés par les pays d'Asie, ont exprimé leur inquiétude. Elle a menacé d'« exercer son droit de veto » si certains points de l'accord concernant le secteur automobile n'étaient pas clarifiés. Les constructeurs automobiles européens ont appelé les États de l'Union européenne « à ne pas ratifier » l'accord qui, selon eux, va les désavantager en encourageant les importations à prix déloyaux. Ils dénoncent le remboursement par Séoul des droits d'importation aux sociétés qui ont utilisé des matériaux importés, notamment de Chine, pour fabriquer leurs produits. Laurent ChemineauL'accord doit encore être soumis au feu vert des 27 membres de l'UE à l'unanimité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :