Ségolène Royal en ambassadrice de l'entrepreneuriat libéral...

 On se pince. Le mouvement ETHIC, satellite libéralo-libéral qui navigue dans la galaxie du patronat français dirigé par Sophie de Menthon, en appelle à Ségolène Royal pour jouer « un rôle de médiation entre les entreprises et la classe politique au pouvoir». On aura noté les termes employés : « la classe politique au pouvoir » fait partie de ces éléments de langage qui rappellent à ceux qui l\'auraient oublié que nos élus ne sont pas à la hauteur de l\'excellence de la société civile et entrepreneuriale.Cet appel conclue donc un réquisitoire sévère contre le comportement du gouvernement à l\'égard du monde de l\'entreprise : « il semble que les décisions économiques soient déconnectées de la réalité du terrain et surtout du facteur « Temps ». Le temps justement. Ou plutôt le contretemps. On avait en effet le sentiment que l\'heure était plutôt à l\'apaisement des esprits entre les entrepreneurs et le gouvernement depuis l\'annonce du pacte Ayrault. On ne fera pas l\'injure à ETHIC de jouer les va-t-en guerre pour exister dans une période cruciale pour le monde patronal. Quoique. Le recours à Ségolène Royal qui, est selon le mouvement, « capable de dépasser les carcans idéologiques » semble participer d\'une telle intention. On sait certes la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes plutôt à l\'aise avec les contre-pieds. Pas sûr qu\'elle s\'autorise celui-là au moment même où son ex-compagnon se contente d\'amorcer un simple virage...>>>Lire ici l\'appel complet du mouvement ETHIC

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.