L'Écureuil a anticipé

1 mn

Les banques, commerces et autres établissements recevant du public sont soumis à un double défi. En vertu de la loi n° 2005-102, ils doivent favoriser d'ici à 2015 l'accès de leurs bâtiments aux visiteurs souffrant d'une déficience physique ou mentale. Et, à plus court terme, adapter leurs lieux de travail aux travailleurs handicapés. Pour y faire face, les 17 Caisses d'Épargne ont mis en place un référent Handicap. « Son rôle est de détecter les personnes en situation difficile par rapport à leur emploi et d'adapter leur poste de travail », précise Fabienne Lemmens, directeur des achats et des services généraux de la Celca (Caisse d'Épargne Lorraine Champagne-Ardenne), qui recouvre 270 agences bancaires. Avec un budget de 650.000 euros par an, elle a déjà anticipé la nouvelle contrainte du Code du travail, en aménageant des bureaux faciles d'accès et les salles de pause. « Pratiquement, tout notre mobilier est ergonomique et les tables sont systématiquement montées sur vérins. Ce n'est pas un surcoût énorme », souligne Fabienne Lemmens, qui travaille avec un catalogue de mobilier spécifique.revêtements podotactilesSes efforts visent aussi les visiteurs : des boucles audio amplifient le son des appareils auditifs, des marquages au sol colorés et des revêtements podotactiles guident les malvoyants vers le comptoir d'accueil. Et les fauteuils sont dépourvus d'accoudoirs pour ne pas gêner les personnes obèses. Les claustrophobes ne sont pas oubliés : les ascenseurs sont équipés de miroirs et d'un système d'injection d'air frais. E. K.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.