Les Bleus y sont presque

 |   |  549  mots
Ce week-end, l'équipe de France avait rendez-vous avec son histoire. Et elle n'a pas tremblé dans l'enfer de Croke Park. En s'imposant 1-0 face à l'Irlande au terme d'une rencontre crispante, les Bleus ont parfaitement négocié le match aller de leur barrage. « Dans l'ensemble, ça s'est très bien passé, savoure Thierry Henry. Quand on a dû répondre au combat physique, on l'a fait. Ensuite, on a essayé de jouer au ballon en seconde mi-temps et ça a payé. » Grâce à une frappe contrée de Nicolas Anelka à vingt minutes de la fin, les Français se sont ouvert une voie royale vers la qualification à la Coupe du monde 2010. Mais tout n'a pas été parfait à Dublin. Loin de là. Sans un Hugo Lloris inspiré, le score aurait pu être tout autre. « Il a sorti un bel arrêt à la fin. J'espère que ça va lui permettre de prendre plus de poids en équipe de France parce qu'il est très timide », témoigne Patrice Evra. À la mi-temps, Raymond Domenech a tenu à recadrer ses troupes dans le vestiaire.« Je suis intervenu parce qu'on ne jouait pas notre jeu en première mi-temps, raconte le sélectionneur. On jouait celui des Irlandais. Il fallait qu'on rectifie certaines choses. Je leur ai demandé de poser plus le ballon afin de mieux servir nos attaquants. » Un réajustement payant. En seconde période, les Bleus se sont montrés beaucoup plus entreprenants. Et à force de pousser, ils ont fini par trouver la faille. Le tout sous les yeux attentifs de Rama Yade, venue en supportrice dans la capitale irlandaise.« J'ai eu peur comme si c'était mes enfants, souffle la secrétaire d'État aux Sports. Cela fait quelque temps que j'ai pris mes fonctions et je les suis depuis plusieurs matchs. Je sais que la pression est forte. Ils sont très attendus. Donc quand on les voit se battre avec autant de générosité, on a envie de partager ça avec eux. » Si la France a fait le plus dur en Irlande, il reste à confirmer ce résultat mercredi lors du match retour au Stade de France. « On est à la mi-temps de la rencontre », assène Domenech. « Il va falloir reproduire les efforts pour se qualifier devant notre public, appuie André-Pierre Gignac. On a pris un avantage mais on se refuse à parler de l'Afrique du Sud. On devra se méfier de l'Irlande car elle n'a rien à perdre. Il ne faut pas tomber dans l'excès de confiance. »ne pas s'enflammerHier après-midi, les Bleus ont regagné Clairefontaine où ils ont pris part à une séance d'entraînement. Ils ont désormais deux jours pour préparer au mieux la réception des Irlandais. « On ne s'enflamme pas. On va jouer pour gagner aussi ce match retour, assure Anelka. Tout reste possible. S'ils marquent un but, ça risque d'être très difficile. » Après avoir fait le métier en terre gaélique, une élimination à domicile ferait désordre. La pression est donc sur les épaules des Bleus. « Cette équipe a déjà démontré qu'elle savait surmonter ce genre de situation », balaie Henry. Elle devra à nouveau le prouver mercredi, si elle veut composter son billet pour l'Afrique du Sud de manière définitive.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :