En Allemagne, union sacrée contre Christine Lagarde

 |   |  333  mots
Les réactions outre-Rhin aux propos de Christine Lagarde ont été sans équivoques. Face aux attaques de Paris, l'union sacrée autour du modèle économique allemand a été proclamée. « Il n'est pas possible que les économies qui ont eu le plus de succès en termes de compétitivité soient aujourd'hui présentées comme responsables des problèmes des autres », s'est agacé le ministre des Finances CDU, Wolfgang Schäuble, mardi devant le Bundestag. Le matin, le ministre libéral de l'Economie, Rainer Brüderle, a renvoyé les pays critiques à leurs propres limites. « Que des pays qui ont vécu au-dessus de leurs moyens et ont négligé leur compétitivité montrent à présent du doigt les autres est compréhensible sur le plan politique et humain, mais c'est injuste », a-t-il estimé. Attaquée, l'Allemagne contre-attaque et se pose en exemple pour le reste du continent. « En Europe, nous avons besoin de plus de réformes du type de celles menées en Allemagne », a martelé le commissaire européen, Günther Oettinger, ex-ministre président CDU du Land de Bade-Wurtemberg, le coeur de l'industrie exportatrice allemande. Pour Rainer Brüderle, « il n'existe d'ailleurs pas d'alternatives » à des « réformes structurelles douloureuses » pour les partenaires européens de l'Allemagne.La presse fait aussi front et contre-attaque par le mépris. La conservatrice « FAZ », oubliant qu'elle s'était elle-même posée la question de la pertinence du modèle exportateur jeudi dernier, estime que « l'économie française en déclin n'est pas un modèle de survie dans un monde globalisé » et proclame « qu'affaiblir l'Allemagne n'aiderait pas l'Europe ». Pour la plus centriste « Süddeutsche Zeitung », Christine Lagarde aurait été plus inspirée en lançant cet appel : « Français, imitez les Allemands ! » qu'en « accusant un voisin qui a réussi ». La ministre française pourra le méditer. Wolfgang Schäuble l'a invitée à participer au conseil des ministres du gouvernement fédéral le mois prochain. Romaric Godin, à Francfort

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :