Pourquoi l'euro doit baisser

 |   |  300  mots
Euro en chute, marchés en berne, valeurs bancaires en capilotade... Oubliée l'euphorie qui avait suivi la publication du plan de sauvetage européen. Alors, 750 milliards de facilités de crédits et une quasi-révolution à la BCE pour rien ? L'Estonie, qui se réjouit de nous rejoindre le 1er janvier prochain, serait-elle la dernière à croire en l'avenir de la monnaie unique ? Sans doute pas, mais le sauvetage de l'euro passe par une baisse de sa valeur. D'abord parce qu'il implique une cure d'austérité sans précédent pour les pays de la zone. Alors que les émergents surfent sur l'hypercroissance et que la consommation privée aux États-Unis a déjà dépassé son niveau d'avant-crise, l'Europe coupe dans les salaires de ses fonctionnaires et met ses retraités à la diète. Vous jouez la reprise économique ? Vendez l'Europe, conseillent les stratégistes. Ensuite, si la BCE tient sa promesse - et pour sa crédibilité, elle le doit absolument -, sa contribution au plan de sauvetage de la zone euro ne sera pas inflationniste. Elle compensera ses achats d'obligations sur le marché par une ponction équivalente de liquidités auprès des banques, autant d'argent qui ne financera pas l'économie. Vous jouez la hausse des taux d'intérêt ? Vendez l'euro. Enfin parce qu'à près de 1,24 dollar, l'euro reste plutôt cher sur une base historique. Un retour vers son cours de lancement de 1,18 dollar serait un coup de pouce fort bienvenu pour l'activité européenne et l'Union monétaire. Les États-Unis et la Chine ont usé et abusé de l'arme monétaire, pourquoi pas nous ? Encore faudrait-il que l'Europe maîtrise sa monnaie. Mais, toute à sa cacophonie, elle a dangereusement abandonné les rênes aux marchés. mmotte@latribune.fr muriel motte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :