Toulouse privé de hausse des cadences d'Airbus A320

 |   |  418  mots
La hausse des cadences prévue pour l'Airbus A320 pose à nouveau la question de la répartition des charges de travail entre les usines allemande, française et depuis l'année dernière chinoise. Airbus va prochainement officialiser la montée en régime de cet appareil moyen-courrier, véritable vache à lait de l'avionneur et de tout le groupe EADS. Alors que le passage de 34 à 36 appareils par mois fin 2010 a déjà été annoncé, l'objectif est de passer à 38 avions à partir de 2011 puis à 40 début 2012 (voir « La Tribune » du 27 août). « Conformément à l'accord initial, la production sur la chaîne d'assemblage de Toulouse sera stable, explique à ?La Tribune? le directeur général d'Airbus Fabrice Brégier. La hausse concernera les sites de Hambourg et de Tianjin en Chine. » En 2012, Toulouse continuera donc à construire 14 A320 par mois contre 22 dans l'usine allemande (17 aujourd'hui) et quatre en Chine.Cet accord entre la France et l'Allemagne remonte à 2001 au moment de la décision d'installer la chaîne d'assemblage de l'A380. Pour équilibrer les charges de travail, les hausses de cadences de l'A320 devaient revenir à Hambourg. En 2007, l'Allemagne a fait appliquer l'accord. Auquel a été ajouté la spécialisation des sites à long terme (avec les moyen-courriers en Allemagne, les gros-porteurs en France), le jour où arrivera sur le marché le successeur de l'A320, en principe en 2025. Jusque-là, la production d'A320 qui est passée en trois ans de 17 à 14 par mois à Toulouse n'augmentera pas dans la Ville rose. « Il n'est pas prévu d'aller plus bas », rassure-t-on chez Airbus, alors que la question de l'A320 reste toujours un sujet très sensible dans les usines de Toulouse.« En termes de charges industrielles, explique Fabrice Brégier, la situation à Toulouse est meilleure qu'il y a trois ou quatre ans : il y a l'A320, l'A330 dont les cadences seront peut-être augmentées au cours des prochains mois, l'A350 qui débutera fin 2011 et l'A380 dont les problèmes industriels sont réglés. » Un point de cadence (une livraison par mois) équivaut à 20 salariés sur un A320, 80 pour un A330 et 320 sur l'A380. Ce dernier est actuellement produit à deux exemplaires par mois. L'objectif d'Airbus est de monter à quatre.Pour autant, certains syndicats français s'inquiètent en raison de l'incertitude sur la tenue du calendrier de l'A350, dont la première livraison est prévue en juillet 2013, puis de la rapidité de la montée en cadences. Ils constatent aussi que la production de l'A380 est encore loin de sa vitesse de croisière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :