L'opérateur brésilien BM&F Bovespa s'apprête à signer une belle année 2009

 |   |  361  mots
entreprise de marchéLa Bourse brésilienne pèse deux fois plus lourd qu'en janvier. En moins d'un an, le cours de son titre, BM&F Bovespa, a doublé. Et pourtant, l'opérateur brésilien des marchés au comptant et à terme est sur le point de boucler quatre semaines bien difficiles. L'introduction, le 20 octobre dernier, d'une taxe de 2 % sur les achats d'actions et d'obligations brésiliennes par les étrangers a ébranlé le géant de São Paulo. Le jour J, l'action BM&F Bovespa a chuté de 8,41 %, tandis que l'indice Bovespa lui-même trébuchait de 2,99 %. Tout le monde craignait que les investisseurs étrangers ne se détournent de la cote brésilienne, pour lui préférer les American Depositary Receipts (certificats émis par une banque en contrepartie du dépôt d'un certain nombre d'actions) aux États-Unis. Or, les non-résidents représentent un tiers des échanges. Mais, si elles sont synonymes d'un repli de 13,4 %, ces quatre dernières semaines n'ont que partiellement entamé le parcours de l'opérateur brésilien depuis le début de l'année. BM&F Bovespa est encore en hausse de 100 % en monnaie locale. À la fin octobre, sa performance en dollars était de 153 %, loin devant les 43,7 % affichés par l'indice des Bourses cotées, développé par Mondo Visione et FTSE. BM&F Bovespa a publié, la semaine passée, un résultat pour le troisième trimestre en hausse de 4,3 %, à 245,8 millions de réis, malgré un chiffre d'affaires en retrait de 6,5 % sur un an. Si le groupe souffre encore d'une baisse d'activité sur les marchés dérivés (? 8,3 % en moyenne quotidienne), ses volumes remontent côté actions (+ 36 % en nombre de transactions). De plus, son marché primaire s'est réveillé, avec notamment l'introduction de Santander Brasil. nouvelle allianceDébut octobre, le patron de BM&F Bovespa rêvait déjà à 45 introductions en 2010, du fait des seuls projets reportés ces derniers mois. Enfin, l'opérateur vient de nouer une nouvelle alliance avec la Bourse transatlantique Nasdaq OMX pour développer, notamment, un système de routage d'ordres entre les États-Unis et le Brésil. C. FR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :