L'once d'or passe le cap des 1.130 dollars Au lendemain du s...

 |   |  364  mots
L'once d'or passe le cap des 1.130 dollars Au lendemain du sommet de l'Apec, l'or a été recherché. Au fixage londonien de l'après-midi l'once a coté pour la première fois 1.130 dollars, tandis que sur le Comex, l'échéance la plus rapprochée grimpait jusqu'à 1.137 dollars, gagnant alors 21 dollars sur son cours de la veille du week-end. Ces gains ont été supérieurs à la glissade du dollar, alors que l'or change peu à peu de statut sous l'impulsion des achats d'or des banques centrales des pays émergents en quête de diversification pour leurs réserves. Un mouvement que minimise la société de gestion SGAM, qui appelle à la prudence en raison de la faible demande physique (bijouterie et industrie) au deuxième trimestre (baisse de 25 %). Standard and Poor's lance un indice obligataire gouvernemental pour l'eurozoneL'agence de notation a lancé, hier, le S&P Eurozone Government Bond Index, un indice pondéré mesurant la valeur de marché des obligations d'État de la zone euro. Seront pris en compte les titres d'un montant et d'une maturité minimum de respectivement 1 milliard d'euros et d'un an. Les trois plus fortes pondérations reviendront à l'Italie (23,3 %), à l'Allemagne (21,8 %) et à la France (20,2 %).Le propriétaire de la tour C?ur Défense reste privé de ses loyers Les détenteurs d'obligations de la dette titrisée de la tour C?ur défense, propriété de deux fonds de la banque Lehman Brothers, conserveront le bénéfice de l'ensemble des loyers, sauf les charges d'entretien courant, jusqu'à l'examen en appel de l'affaire, le 3 décembre prochain. Le propriétaire de la tour a été débouté, hier, de sa demande de levée de l'exécution provisoire du jugement du 19 octobre dernier. Le tribunal avait alors jugé que les garanties offertes par les cessions Dailly devaient jouer malgré la procédure de sauvegarde dont bénéficie C?ur Défense. L'université d'Angers lance une chaire de régulation financière L'université d'Angers a inauguré, hier, une nouvelle chaire « règles et marchés », dirigée par Lionel Escaffre. Elle vise, notamment, à rattraper le retard français en matière de recherche sur l'impact de la régulation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :