HECD cherche des fonds pour financer les acquisitions d'Icare

 |   |  401  mots
Présent sur le grand Ouest et en région parisienne, le holding HECD assure à coup d'acquisitions à la fois la diversité de ses savoir-faire en matière d'ingénierie du bâtiment et son maillage du territoire. Ainsi après la création en 1998 d'Ecodiag (bureau d'études technique) par Gildas Garrec et Henry Boisard, un groupe s'est progressivement constitué au gré de l'acquisition de plusieurs sociétés aux métiers complémentaires et disposant de nombreux points d'ancrage : Girec basé à Rennes (Ille-et-Vilaine) est présent à Carquefou (Loire-Atlantique) et à Lorient (Morbihan) ; Icare basé à Brest (Finistère) dispose d'implantations à Laval (Mayenne) et Rennes ; A-ingénierie est à Angoulême (Charente) et Saintes (Charente-Maritime) ; enfin, CG Bâtisseurs se situe à Nantes. « Notre objectif est de proposer une offre globale d'ingénierie en mesure d'assurer la maîtrise d'oeuvre tout corps d'État de projets d'infrastructures et de superstructures, de génie thermique, fluide, électrique et réseaux », explique Gildas Garrec, actionnaire majoritaire de HECD (60,49 %), Henry Boisard détenant 26,53 %, le reste étant dilué auprès de divers investisseurs. Chantiers d'envergureLe groupe réalise 50 % de son activité avec les marchés publics (logements, tertiaire, établissements de soins, écoles, etc.), et 50 % avec le privé dont notamment les centres commerciaux. Il intervient actuellement sur plusieurs chantiers d'envergure tels le transfert du Conservatoire régional de musique de Boulogne-Billancourt sur l'île Séguin mené par l'architecte Jean Nouvel et la construction du gigantesque centre commercial Atoll près d'Angers dont il assure la maîtrise d'oeuvre. L'ensemble a réalisé 14 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009 avec 150 salariés et prévoit d'atteindre 15,5 millions cette année, 28 millions en 2011 et 40 millions en 2012.Pour compléter les métiers d'Icare et l'implanter en Île-de-France, deux acquisitions de bureaux d'études sont sur le point d'être bouclées et une troisième est prévue en 2011. En 2009 déjà, Icare avait absorbé Astec (Rennes) et le Topo concept (Laval). Après une première levée de fonds de 550.000 euros en juin dernier via un fonds de défiscalisation de l'ISF abondé par une dizaine d'investisseurs, Gildas Garrec espère lever 1,5 million d'euros d'ici au 28 décembre. « Nous ouvrons 20 % du capital pour renforcer nos fonds propres en privilégiant les investisseurs privés auxquels nous cédons des actions à dividendes prioritaires », explique le président d'HECD qui a également doté le groupe d'une foncière, Rên investissements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :