« ? Nicolas Sarkozy n'est pas Pétain  ! ? »

 |   |  291  mots
Manuel Valls, qui était dimanche soir l'invité de « La Tribune » BFM-Dailymotion, a regretté l'absence de Vincent Peillon au débat organisé jeudi dernier sur France 2 autour d'Éric Besson sur le thème de l'identité nationale, en appelant la gauche à « participer à une forme d'apaisement dans le débat public ».arrêt du débatLe ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale « n'est pas un de nos amis, c'est un de nos anciens camarades, qui n'a peut-être pas trahi mais qui en tout cas a fait ce choix [de rejoindre Nicolas Sarkozy en 2007]. Pour autant, c'est un ministre de la République, ce n'est pas Pierre Laval, ce n'est pas Marcel Déat et Nicolas Sarkozy n'est pas Pétain, nous ne sommes pas dans une dictature », a souligné le député-maire d'Évry, dans l'Essonne. Manuel Valls s'est refusé à « accabler » Vincent Peillon, qui est « un ami, un dirigeant brillant du Parti socialiste, intelligent, qui a une vision de l'histoire et est profondément attaché aux institutions de la République ». Mais il a estimé qu'il aurait dû honorer l'invitation faite par la chaîne publique. Pour le député de l'Essonne, « un responsable politique doit être toujours au clair avec ses propres amis, ses concitoyens et la presse ». « Je peux comprendre que Vincent Peillon n'ait pas envie de débattre avec Éric Besson mais alors il faut le dire avant », a-t-il poursuivi, estimant qu'on « ne peut pas se dérober au débat ».Manuel Valls a appelé à l'arrêt du débat sur l'identité nationale qui a été lié à l'immigration à cause de son concepteur, Éric Besson. S'il s'est dit favorable au vote des étrangers aux élections locales, il a souhaité un dispositif législatif contre la burqa. H. F.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :