Chypre : le parlement se prononcera sur la taxation bancaire lundi

 |   |  540  mots
Samedi matin à l\'aube, l\'Union Européenne, la Banque Centrale Européenne et le Fonds Monétaire International se sont mis d\'accord à Bruxelles sur un plan d\'aide de 10 milliards d\'euros à apporter à Chypre. Le pays est le cinquième de l\'Union à faire l\'objet d\'un plan de sauvetage. Immédiatement, la colère s\'est emparée des chypriotes. En effet, l\'accord prévoit qu\'en contre partie de l\'argent versé, tous les dépôts bancaires du pays seront taxés à hauteur de 6,75%, en-deçà de 100.000 euros ; et de 9,9% au-delà de ce seuil, ainsi qu\'un prélèvement à la source sur les intérêts.La session parlementaire et le discours du Président reportésDimanche matin, alors qu\'une session extraordinaire du Parlement chypriote était prévu pour dans la journée, des médias nationaux ont révélé que celle-ci était en fait reportée au lundi 18 mars. Les élus doivent se réunir afin de discuter en urgence de cette taxation des dépôts.Cette imposition risque de mettre en péril l\'économie de l\'île méditerranéenne, qui est un important centre financier, estiment des analystes et acteurs du secteur. \"Les dégâts risquent de durer sur le long terme\", estime Fiona Mullen, analyste économique spécialiste de Chypre. \"Les services financiers et commerciaux étaient les seuls secteurs générant de l\'emploi et des revenus fiscaux, et ils sont sous le coup d\'une double peine: à la fois l\'augmentation de l\'impôt sur les sociétés et la taxation de leurs dépôts\", a-t-elle déclaré le 16 mars.Le chef de l\'Etat chypriote, Nicos Anastasiades devait prononcer dimanche un discours sur cette thématique de l\'imposition des dépôts, mais a reporté son intervention au 18 mars. Trois partis représentés au parlement ont manifesté leur hostilité au projet de prélèvement sur les comptes bancaires à Chypre. Les 56 parlementaires chypriotes sont censés approuver cette mesure avant mardi pour éviter une ruée des épargnants aux guichets lors de la réouverture des banques après un jour férié lundi.Les sociétés imposées à 12,5%Dans ses négociations avec l\'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement chypriote a également dû accepter une hausse de l\'impôt sur les sociétés de 10% à 12,5%, ce qu\'ils considéraient pourtant comme une ligne rouge.Les actifs bancaires à Chypre représentent huit fois le Produit Intérieur Brut de l\'île, où de très nombreuses sociétés off-shore, profitant d\'un des taux d\'imposition sur les entreprises les plus avantageux de l\'Union européenne, ont implanté leur siège. L\'économiste George Theocharides, interrogé par la chaîne Sigma TV, a estimé samedi que la taxe exceptionnelle pourrait générer jusqu\'à 20 milliards d\'euros, alors que l\'Eurogroupe table sur un revenu de 5,8 milliards d\'euros.\"Les conséquences ne sont pas seulement mauvaises pour Chypre, mais aussi pour d\'autres pays de la zone euro\", a-t-il considéré.Avec agence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :