L'or bat un nouveau record sur fond d'aversion au risque

 |   |  459  mots
Au terme d'un marathon chaotique de deux semaines, l'once d'or a touché, vendredi, un nouveau record historique à 1.488,6 dollars, sur le marché à terme américain, le Comex. Un record alimenté par une conspiration d'éléments, considérés comme des sources d'inquiétude pour les investisseurs. En premier lieu, la modification de la note de Moody's sur l'Irlande, annoncée vendredi dans la matinée. L'agence de notation a revu à la baisse, de deux crans d'un coup, la note de l'île, qui se retrouve à un cheveu du statut de « junk bond », ou obligation spéculative. Une dégradation qui a porté le rendement de ses taux à 10 ans jusqu'à un pic historique de 9,74 %, alors que, dans le même temps, une mission d'experts jugeait la situation du pays rassurante. « L'Irlande réalise de bons progrès pour surmonter la pire crise économique de son histoire récente », ont assuré le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) à l'issue d'une mission à Dublin destinée à évaluer l'avancée du programme gouvernemental.En plus de l'Irlande, la situation de la Grèce continue d'inquiéter les marchés. Le stratège néerlandais d'ING a ainsi jugé les taux d'intérêt du pays hellénique « choquants ». Les taux des obligations grecques évoluent à des niveaux records proches de 14 %. Voici un an que le pays a conclu un accord d'aménagement de sa dette de 330 milliards d'euros avec le FMI et l'Union européenne, ce qui n'empêche pas les investisseurs de continuer à s'interroger sérieusement sur la solvabilité du pays.Résister au chaosEn plus des interrogations sur le futur de la dette des pays européens, qui incite les investisseurs à se défaire de titres d'emprunts d'État pour se porter sur de l'or, la question du retour de l'inflation perturbait aussi les marchés vendredi.En Chine, l'indice des prix à la consommation publié vendredi a en effet grimpé de 5,4 %. Et aux États-Unis aussi, les prix ont continué d'augmenter, avec un regain de 0,5 % en mars, selon une estimation du département du Travail publiée vendredi.Or, le métal jaune reste un outil incontournable pour se prémunir contre l'inflation. Selon Juan Carlos Artigas, chercheur au World Gold Council, « seul un vrai investissement dans l'or, et non pas dans les matières premières en général, peut permettre une vraie diversification de ses actifs ». Le métal jaune est en effet l'actif qui a le moins de chance de baisser en cas de chaos économique. Contrairement à l'argent, par exemple, qui a franchi les 40 dollars pour la première fois de son histoire, la semaine dernière, pour les mêmes motifs que l'or, alors que la production d'argent reste abondante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :