Participation dans le projet de Yamal, relance de celui de C...

 |   |  320  mots
cite>Total remet les gaz sur la Russie alors que le Kremlin et Gazprom ont perdu de leur aplomb suite à la chute de la demande européenne pour le gaz russe, Total passe à l'offensive. Le week-end dernier, Christophe de Margerie a annoncé que Total se portait acquéreur d'une part entre 20 % et 25 % dans le projet GNL de Yamal (Grand Nord russe). Le gisement gazier en question, Tambeïskoïe-Sud, est contrôlé à 51 % par Novatek, plus important groupe gazier « indépendant » russe (dans lequel Total avait vainement tenté d'acheter une part de 20 % en 2005). Le gisement contient 1.200 milliards de mètres cubes de gaz, soit huit années d'exportations de gaz russe vers l'Europe au rythme actuel. « Politique claire » Christophe de Margerie fait aussi des efforts pour parler dans une langue agréable au premier ministre russe russe, mais qui pourrait froisser les oreilles du président Dmitri Medvedev. Selon le site internet du gouvernement russe, le patron de Total a déclaré à Vladimir Poutine « Notre politique dans votre pays, Monsieur le Premier ministre, est absolument claire. Nous avons beaucoup de partenaires, mais nous n'avons qu'un seul chef, un seul maître. Un, pas deux. C'est pourquoi tant que vous me soutenez, tant que vous soutenez Total, nous ferons de bonnes affaires ». Vladimir Poutine a répondu en encourageant Total à participer au développement de Yamal. Après cet aveu de vassalité, M. de Margerie a eu un élan de hardiesse pour demander à ce que le projet mi-GNL, mi-gazoduc de Chtokman (dans lequel Total détient 25 %) ne soit pas davantage retardé. Initialement prévu pour une exploitation en 2013, ce gisement de 3.800 milliards de mètres cubes a été repoussé à 2017. Gazprom, qui détient 51 % de Chtokman, a réagi hier en annonçant avoir trouvé le moyen technique de réduire de 11 milliards de dollars la facture du projet pharaonique. Les mots bien choisis ouvrent bien des portes en Russie.Emmanuel Grynszpan, à Moscou

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :