Le syndicat de la métallurgie se pose en bon élève du patronat

 |   |  435  mots
Officiellement, les relations entre le Medef et l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) sont au beau fixe. Laurence Parisot et Jean-François Pilliard, le délégué général de la maison de l'avenue de Wagram, défendent main dans la main la position patronale sur les retraites. Le 31 mai, comme les délégués issus des autres fédérations, les représentants de l'UIMM au conseil exécutif du Medef ont soutenu Laurence Parisot dans sa candidature à un nouveau mandat de trois ans le 1er juillet prochain. Mais la rivalité entre les deux organisations n'a pas totalement disparu. Hier jeudi, l'UIMM s'est, une nouvelle fois, posée en bon élève du patronat à l'occasion de la présentation de ses comptes 2009. Pour la seconde année consécutive, la métallurgie a publié un document très détaillé de plus de 200 pages, approuvé à l'unanimité par son conseil et certifié sans réserve par un commissaire aux comptes. Avec ses 56 pages, le rapport de gestion du Medef, publié en avril, paraît bien plus modeste. Avec ses comptes 2009, l'UIMM et Frédéric Saint-Geours, son président, entendent aussi tourner la page des années de gestion financière opaque qui avaient valu à la métallurgie d'être violemment mise en cause dans l'affaire des retraits en liquide, à l'automne 2007. L'année dernière, l'UIMM « maison-mère » a ainsi fonctionné avec un budget de 14,2 millions d'euros, contre 17,8 millions d'euros en 2008. Deux raisons à cette diminution, la forte baisse des recettes de cotisations ? passées de 13,2 millions en 2008 à 10,1 millions en 2009 ? en raison de la crise, et l'engagement pris par la direction de l'UIMM il y a un an de réduire de 15 % son budget de fonctionnement ordinaire. L'objectif est de ramener l'UIMM à l'équilibre d'ici à 2014, alors que l'organisation n'est aujourd'hui en positif qu'après réaffectation de provisions non utilisées. clarificationParallèlement, l'UIMM s'est engagée dans un processus de clarification des cotisations versées par ses adhérents. Jusqu'à maintenant, le mode de calcul n'était pas homogène. D'ici à trois ans, tous les taux applicables aux chambres territoriales seront harmonisés. Silencieuse à l'approche de l'élection à la présidence du Medef, l'UIMM ne manquera pas de se rappeler au bon souvenir de Laurence Parisot au lendemain du renouvellement de son mandat. Après avoir récupéré cet hiver la présidence de la commission « protection sociale », occupée par Jean-François Pilliard, la métallurgie ne cache guère que son expertise sociale pourrait être très utile au Medef sur d'autres dossiers... A. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :