Easyjet tord le cou à un principe de base des low-cost pour capter le marché russe

 |   |  388  mots
Contrairement à ce qui constitue l\'un principe de base des compagnies low cost, EasyJet autorisera les passagers en provenance ou à destination de Moscou à être remboursés si jamais ils n\'embarquaient pas à bord de l\'avion pour lequel ils avaient une réservation. La compagnie fait donc un geste unique aux voyageurs, mais uniquement sur ses vols russes. EasyJet a commencé depuis mercredi à commercialiser sur son site des billets d\'avion sur la ligne Moscou Manchester, dont les premiers vols (à raison de trois rotations hebdomadaires) démarreront le 28 mars prochain .Pour l\'instant, le tarif est réellement très loin en dessous de la concurrence, à 60 euros l\'aller simple. Pour indication, les vols directs sur la ligne Moscou-Londres, assurés par les compagnies Russes Transaero et Aeroflot, ainsi que par le britannique British Airways, démarrent à 230 euros l\'aller simple. EasyJet va d\'ailleurs entrer frontalement en concurrence avec ces compagnies l\'année prochaine et ouvrira la vente sur le vol Londres-Moscou à la mi janvier.Frais de remboursement« Nous considérons que notre offre répond parfaitement aux exigence de la législation russe » estime Paul Simmons, le directeur commercial d\'EasyJet, cité par le quotidien russe RBK-daily. « Nous nous plions toujours aux règles des pays que nous desservons. En Russie, cela signifie la possibilité de remboursement du billet ». EasyJet va donc faire une exception pour les deux lignes ouvertes depuis Moscou, dans les deux sens et pour tous les passagers, Russes ou étrangers. Néanmoins, le passager voulant se faire rembourser son billet devra s\'acquitter de frais de remboursement. Paul Simmons signale que, à cause de cette infraction à la sacro sainte politique tarifaire low cost, le modèle d\'affaires d\'EasyJet sur cette ligne peut être qualifié « d\'hybride ».Le principal frein à l\'essor des low-costLa Russie continue d\'interdire la vente de billets d\'avion non remboursable, ce qui est considéré une des raisons pour lesquelles le pays est si peu favorable à l\'émergence de compagnies low cost. Deux compagnies low-cost russes sont nées et ont péri au bout de quelques mois. La poignée de compagnies low-cost étrangères offrant des vols vers Moscou (AirBerlin, AirBaltic, Germanwings) pratiquent des tarifs « hybrides », c\'est-à-dire nettement plus chers qu\'en Europe. Et respectent naturellement la législation russe.______________________

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :