Musique sans frontières

 |   |  123  mots
L'un est violoncelliste, et a accompagné -M- (Matthieu Chedid) sur ses deux premiers albums et ses tournées. L'autre est un artiste majeur du Mali et joue de la kora, le vénérable instrument des griots. De cette rencontre entre Vincent Segal et Ballaké Sissoko est né un dialogue enregistré au studio de Salif Keïta à Bamako. Les deux musiciens ont la main très sûre et celles-ci ne se lassent pas de filer sur les cordes pour tisser des mélodies délicates et contemplatives. Tantôt la kora donne le thème et le violoncelle vient appuyer certaines émotions, tantôt elle vient habiller le récit de ce violoncelle cosmopolite. On en redemande. C. F.« Chamber Music », 19 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :