Hong Kong, star incontestée de la finance mondiale

 |   |  512  mots
Par ici ! Regardez dans notre direction ! ». Parqués derrière un cordon visant à les contenir, une trentaine de photographes et de cameramen mitraillent les participants d'une manifestation qui, cette année, a connu une record d'affluence. S'agit-il d'un festival de cinéma ? Non, bienvenu à Hong Kong, au Forum asiatique de la finance (AFF), dont l'île est la star de cette quatrième édition. « Parmi nos orateurs figurent des ministres, des économistes de renom, des patrons de grandes entreprises et des financiers qui refaçonnent l'Asie et le monde », se félicite Jack So, le président du Hong Kong Trade Development Council (HKTDC), structure chargée de promouvoir l'île en tant que centre d'affaires. Lundi et mardi, 1.600 participants ont assisté à « l'événement financier le plus influent d'Asie », dont le président de la Bank of China, Xiao Gang, celui de la banque britannique Standard Chartered, John Peace, le Nobel d'économie Robert Mundell ainsi que les représentants officiels de pays dont le Japon et les Philippines.Les débats avaient pour thème les perspectives d'investissement dans la région, l'avenir de la réglementation financière ou le rôle international du renminbi. Mais ces discussions ont toutes abouti à la même célébration : le sacre de la Bourse de Hong Kong. En 2010, près de 80 milliards de dollars y ont été levés, dont 52,7 milliards lors de cotations. Cette performance deux fois supérieure à celle de 2009 a permis à l'île de se hisser au premier rang mondial dans la course aux introductions pour la deuxième année consécutive. Avec 34,5 milliards de dollars levés, New York a occupé la troisième place... devancée par Shenzhen.Passerelle avec la Chine« Le centre de gravité économique et financier s'est déplacé de l'ouest vers l'est et Hong Kong en profite pour établir une passerelle entre la Chine et le reste du monde », jubile le chef de l'exécutif de la Région de Hong Kong, Donald Tsang. Après l'introduction du groupe français L'Occitane, du russe Rusal et du mongol Mongolian Mining, « nous anticipons d'autres cotations étrangères en 2011 », avertit le responsable. Mais après que l'assureur AIA a levé 20,5 milliards de dollars - un record pour Hong Kong - et Agricultural Bank of China (AgBank), des analystes craignent que la place ne puisse à nouveau se surpasser. Le marché anticipe toutefois la cotation des assureurs Taikang Life et New China Life Insurance ainsi que la scission des divisions asiatiques de groupes occidentaux, dont MGM China, une coentreprise du casinotier américain. De plus, « la croissance du marché offshore du renminbi à Hong Kong constitue l'un des points marquants de 2010 et cette décennie pourrait bien être celle de la Chine », remarque John Peace. Hong Kong, vers qui convergent hedge funds et sociétés de capital investissement, « se situe à l'épicentre du mouvement de balancier mondial », affirme Anthony Bolton, gérant réputé du groupe américain Fidelity. « Vous pouvez attendre l'inattendu de la part de Hong Kong », promet le responsable, très confiant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :