L'écolosarkozysme ne paie pas

 |   |  336  mots
L'efficacité écologique de la taxe carbone reste un sujet de débat. Pour ce qui est de son efficacité électorale, en revanche, le débat est tranché : zéro avantage pour le camp présidentiel. Le premier tour des régionales l'a montré, les listes Europe Écologie se sont consolidées dans le paysage, mais ne menacent plus le leadership socialiste comme lors des européennes de 2009. Et l'accord s'est fait à gauche, sans anicroche majeure, pour le second tour. Normal, l'électorat Europe Écologie se rattache à la gauche à 74 %, à 80 % si on y ajoute le Modem, selon « L'état de l'opinion 2010 » (TNS Sofres-Le Seuil). Il y a bien peu de voix écologistes à grappiller pour la majorité, sauf peut-être ici ou là, comme à Paris pour Chantal Jouanno. Mais qu'en est-il des choix « verts » du gouvernement dans l'électorat de droite ? La taxe carbone est citée parmi les principaux sujets de mécontentement et aura contribué à nourrir l'abstention et même le vote FN. Le constat est amer pour Nicolas Sarkozy qui a placé la première moitié de son quinquennat sous le signe de l'environnement, avec les lois Grenelle et la taxe carbone. L'audace consistant à partir seul dans une fiscalité écologique, sans crainte de contredire les odes à la France industrielle, n'a pas payé. L'échec de la conférence de Copenhague, qui a réveillé les « climato-sceptiques », et la censure par le Conseil constitutionnel de la « contribution climat énergie » sont venus ternir ce que cette politique avait de moderne, voire de visionnaire. Pas sûr que le coup de frein donné in extremis sur la taxe carbone suffise à calmer la grogne « anti-Grenelle » à droite. Le pari écologique de Nicolas Sarkozy est-il définitivement perdu ? Oui, pour ce qui est des régionales. Dans la perspective d'un second tour d'élection présidentielle, pas forcément. Les coalitions régionales rose-rouge-vert risquent de buter sur des désaccords de fond sur les choix industriels ou la fiscalité verte, que Sarkozy peut espérer exploiter en 2012.sgherardi@latribune.frSophie Gherard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :