Le Congrès s'apprête à voter la réforme de la santé d'Obama

 |   |  421  mots
Les ténors démocrates du Congrès reprennent confiance. Selon le leader de la majorité présidentielle de la Chambre, Steny Hoyer, les représentants se prononceront dimanche sur la plus vaste réforme du système de santé aux états-Unis en quarante ans. Visant à apporter une couverture à 31 millions d'Américains qui en sont dépourvus, ce projet de loi a gagné le soutien d'élus démocrates réticents ou qui y étaient opposés. Barack Obama a de nouveau repoussé jeudi son voyage en Asie-Pacifique (plus tard vers le printemps) afin d'être présent à Washington au moment du vote. La semaine prochaine, le Sénat n'aurait qu'à y inclure des amendements. coût de la réformeJeudi, le Bureau du budget du Congrès (CBO), bipartisan, a apporté un soutien à la réforme: elle coûterait 940 milliards de dollars sur dix ans mais, à force d'économies, réduirait le déficit fédéral de 130 milliards de dollars en dix ans, puis de 1.200 milliards au cours de la décennie suivante, soit plus qu'estimé précédemment. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, attendait avec impatience ce rapport susceptible de lui garantir les 216 voix sur 435 dont elle aura besoin. Après qu'Obama a multiplié les tête-à-tête avec les récalcitrants, l'élue a reçu le soutien de démocrates progressistes, regrettant toutefois que les représentants soient contraints d'adopter la version de la réforme votée au Sénat qui ne crée pas de régime d'assurance fédéral. Des démocrates conservateurs ont aussi été convaincus par le président, lequel peut aussi compter sur l'appui de religieuses représentant 59.000 membres de leur congrégation. Elles les ont enjoint à voter le texte du Sénat car il « ne finance pas d'avortements avec l'argent des contribuables ». Bien qu'un sondage NBC/ « Wall Street Journal » révèle que 46% des Américains souhaitent désormais la réforme d'Obama contre 45 % qui préfèrent le statu quo, l'opposition républicaine ne désarme pas. Ses leaders dénoncent la procédure complexe choisie pour ce vote. La Chambre se prononcera en fait sur des « corrections » du projet de loi du Sénat, ce qui rendrait son adoption implicite sans avoir à voter formellement ce texte. Des amendements souhaités par les représentants feraient ensuite l'objet d'un vote distinct au Sénat, mais avec une majorité simple. En janvier, les démocrat es y ont perdu leur majorité qualifiée. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :