Le gouvernement de Papandréou touché par un scandale fiscal

 |   |  353  mots
C'est en plein journal de 20 heures que la démission de la secrétaire d'état au ministère de la Culture et du Tourisme, Angela Gerekou a été annoncée lundi soir aux Grecs. L'affaire couvait depuis le matin même avec les révélations du journal de gauche Elefterotipia selon lesquelles, l'époux de Me Gerekou, le chanteur populaire Tolis Voskopoulos devait au fisc grec 5,5 millions d'euros depuis dix-sept ans. Le premier ministre Georges Papandréou a dans un premier temps demandé des explications au ministère des Finances. Quand ce dernier lui a confirmé que des poursuites pénales pour dettes fiscales avaient été lancées en 2006 et 2009, contre Tolis Voskopoulos mais que le procès avait été reporté à plusieurs reprises, pour des raisons inconnues, il a agi très vite en acceptant la démission d'Angela Gerékou. saisie immédiateDu jamais-vu ! En d'autres temps, on aurait procédé à une enquête administrative, puis fiscale, puis éventuellement saisi le parlement avant de classer l'affaire. Cette fois-ci, la démission a été immédiatement annoncée en direct. Et pour bien enfoncer le clou, le ministère des finances a annoncé qu il allait procéder à la saisie immédiate de tous les biens de l'artiste à hauteur de sa dette. Quant à l'accusé, il se dit prêt à payer ses impôts mais conteste les réajustements et les amendes qui ont fait grimper l'addition de 3,5 à 5,5 millions d'euros. Pour les autorités grecques, l'affaire Angela Gerekou tombe particulièrement mal. Certes, la députée du Pasok, élue en 2004, était plutôt jugée compétente pour son action à tête de son premier ministère. Mais à moins de 48 heures de la prochaine grève générale - prévue ce jeudi - la clémence fiscale n'est plus de mise. Le Premier ministre Georges Papandréou a dû agir vite car il sait que l'opinion grecque attend, en échange des mesures d'austérité qui frappe le pays, la fin de l'impunité juridique. Reste à savoir si cette détermination va durer dans le temps. Angélique Kourounis à Athènes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :