Starbucks demande à ses clients de déposer les armes à l'entrée

 |  | 590 mots
Lecture 3 min.
Aux Etats-Unis, les clients de Starbucks ne pourront bientôt plus entrer et boire leur café dans les établissements du groupe s\'ils sont armés. Cette décision tombe alors qu\'une énième polémique sur le port d\'arme bat son plein de l\'autre côté de l\'Atlantique, après la tuerie de lundi dans des locaux de la marine américaine à WashingtonDans une lettre ouverte publiée sur le site du groupe ce mardi 17 septembre, le PDG, Howard Schultz, a justifié les raisons de ce geste :Nos magasins sont là pour que nos clients puissent faire une pause agréable et en toute sécurité.Pas une interdiction formelleLe patron de Starbucks précise que sa nouvelle politique n\'est cependant pas une interdiction formelle : les clients qui possèdent des armes continueront  à être servis. Concrètement, il s\'agit d\'une requête et de demander aux clients de ne pas porter d\'armes (apparentes ou cachées)  dans les cafés de la chaîne ainsi que dans les zones de consommation en extérieur. Par ailleurs, cette décision ne concernera pas les policiers et autres \"serviteurs\" de la loi.Jusqu\'alors, le groupe s\'en remettait aux lois en vigueur de l\'Etat où se trouvaient ses points de vente. Conséquence, il arrivait que des clients portent leurs armes à la ceinture. Le groupe s\'était ainsi mis à dos les partisans du contrôle des armes qui avaient déjà réussi à persuader de nombreux autres distributeurs et chaînes de restauration d\'interdire les armes dans leurs points de vente.Les partisans des armes à feu organisent la \"journée nationale Starbucks\"En revanche, cette politique avait ravi les partisans des armes à feu. En guise de remerciement, ces derniers avaient en effet organisé, en août dernier, la \"journée nationale Starbucks\".Parmi les lieux prévus pour cette célébration, figurait une échoppe située à Newtown, dans le Connecticut. Or, cette ville avait été le théâtre d\'une tuerie qui avait fait 26 morts dont 20 enfants dans une école en décembre dernier. Finalement, Starbucks avait fermé ce café pour empêcher cet évènement de s\'y dérouler. La Newtown Action Alliance, partisan du contrôle des armes, avait d\'ailleurs appelé Howard Schultz à interdire les armes dans tous les points de vente du groupe aux Etats-Unis>> Après la tuerie de Newtown, le deuxième fonds de pension américain se désengage des armes Le PDG de Starbucks est d\'ailleurs revenu sur cette affaire dans sa lettre ouverte : Pour être clair, nous ne voulons pas de ce genre de manifestation dans nos magasins. (...) \"Nous avons vu le débat sur le \"port apparent\" d\'une arme devenir de plus en plus grossier voire, dans certains cas, menaçant. (...) certains militants anti-armes ont également joué un rôle en faisant monter le ton et le conflit.Un lieu où chacun mettait en scène ses opinions politiquesHoward Schultz précise toutefois que ce changement n\'est pas une réaction directe à cet événement, ni de la dernière tuerie en date. \"Nous nous sommes retrouvés dans une situation où les partisans des deux côtés utilisaient Starbucks comme lieux pour mettre en scène leur propres positions politiques\", a-t-il déclaré à Reuters.Avec cette décision, qui risque de fortement déplaire aux partisans des armes à feu, pas sûr néanmoins que Starbucks en finisse rapidement avec cette histoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :