Omum veut se faire un nom dans le très rentable business des femmes enceintes

 |   |  402  mots
« J\'ai eu l\'idée de créer une ligne de cosmétiques pour femmes enceintes après un tour du monde de 14 mois avec mon conjoint... et associé », raconte Marie-Pascale Ballet, fondatrice de Omum. En voyageant, cette ingénieur biologiste, passée par L\'Oréal, Exton Consulting, etc. a découvert que, dans de nombreux pays, la grossesse est plus émotionnelle. « Les femmes sont choyées, alors qu\'en France, l\'attention est surtout médicale », regrette cette maman d\'une petite fille de deux ans. Pour « réenchanter la maternité », elle a donc créé sa société en janvier 2011 et élaboré de A à Z ses propres produits. Ce qui lui a pris presque deux ans. Sa gamme, « unique en France », s\'articule autour de quatre soins bio « plaisir » entièrement dédiés à la femme enceinte. Omum propose une crème, un lait pour le corps, un savon et une huile anti-vergetures. Les formules à 98 % naturelles « sans huiles essentielles », précise-t-elle.Devenir une marque de référence en EuropeCes cosmétiques ont obtenu le label « Nature et Progrès » et figurent en première place dans plusieurs catégories du guide 2013-2014 de l\'Observatoire des cosmétiques. Depuis le début la commercialisation en mars dernier, 50.000 produits ont déjà été écoulés. Des ventes réalisées dans une cinquantaine de magasins en France, dans les chaînes comme Naturéo, les pharmacies et les parapharmacies. Mais aussi et surtout en Italie, au sein du réseau de parfumerie Gardiena, où la marque est présente dans 60 boutiques. « 165 à court terme », révèle-t-elle. Pour se développer Omum vient de lancer sa première levée de fonds d\'un million d\'euros avec le cabinet Alienor Partners, qui sera bouclée d\'ici au premier trimestre 2013.L\'objectif est de devenir une marque de référence au niveau européen et d\'exporter au maximum », annonce Marie-Pascale Ballet. Si le marché n\'est pas immense (environ 1 million de femmes par an en France tout de même), il est cependant très porteur. « Rien que le marché de la vergeture en France est estimé à 6 millions d\'euros dans les pharmacies, explique Marie-Pascale Ballet. Omum vise 500.000 euros de chiffre d\'affaires en 2013. Notre but est d\'avoir 1000 magasins dans le monde d\'ici trois ans et d\'atteindre 4,8 millions d\'euros de chiffre d\'affaires ». 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :