Le charbon, 1ère source d'énergie mondiale en 2017 !

 |   |  672  mots
Le charbon pourrait, en 2017, détrôner le pétrole pour devenir la première source d\'énergie de la planète. C\'est ce qu\'affirme l\'Agence internationale de l\'énergie (AIE) dans un rapport publié ce mardi. Aujourd\'hui, le charbon représente déjà près de 28% de l\'énergie consommée dans le monde et est la première source d\'électricité. \"Grâce à des ressources abondantes et à une demande insatiable d\'électricité en provenance des marchés émergents, le charbon a représenté près de la moitié de l\'augmentation de la demande mondiale d\'énergie lors de la première décennie du XXIe siècle\", souligne l\'AIE, l\'organisation énergétique des pays développés. En 2017, la consommation de charbon devrait représenter 4,32 milliards de tonnes équivalent pétrole, tout près des 4,4 milliards de pétrole que devrait alors consommer la planète.\"Sans politique climatique, cette demande va continuer à augmenter\"\"La part du charbon dans le bouquet énergétique mondial continue de progresser chaque année, et si aucun changement n\'est fait aux politiques actuelles, le charbon rattrapera le pétrole d\'ici une décennie\", avertit la patronne de l\'organisation basée à Paris, Maria van der Hoeven. \"Le résultat, c\'est que sans restriction à la consommation de charbon avec des politiques climatiques, la demande et le CO2 continueront à augmenter\", s\'alarme-t-elle.En 2017, le monde brûlera en plus l\'équivalent de la consommation actuelle de la Russie et des Etats-Unis En 2017, le monde brûlera environ 1,2 milliard de tonnes de charbon supplémentaire par an, par rapport à aujourd\'hui, l\'équivalent de l\'actuelle consommation de la Russie et des Etats-Unis réunis. \"Le charbon, c\'est la Chine. La Chine c\'est le charbon\", résume l\'AIE. A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l\'an dernier 46,2% de la consommation mondiale. Le cap des 50% devrait être franchi dès 2014. Mais la tendance est générale: l\'AIE s\'attend \"à ce que la demande de charbon augmente dans toutes les régions du monde\", à l\'exception notable des Etats-Unis. L\'Inde devrait ainsi ravir la place de deuxième consommateur mondial aux Américains d\'ici 2017.\"L\'exemple américain des gaz de schistes\"L\'AIE note à ce propos qu\'en l\'absence d\'un prix élevé du CO2, « seule une vive concurrence d\'un gaz bon marché peu effectivement réduire la demande de charbon » en brandissant en exemple les conséquences aux Etats-Unis de la production du gaz de schiste. « L\'expérience américaine suggère qu\'un marché du gaz plus efficace, avec des prix flexibles et des ressources non conventionnelles domestiques produites de manière durable, peut réduite la part du charbon, des émissions de CO2 et la facture des consommateurs, sans nuire à la sécruité énergétique », plaide Maria Van der Hoeven. « L\'Europe, la Chine et d\'autres régions devrait en prendre note », insiste-t-elle. La consommation en Europe devrait retomber à son niveau de 2011Reste que le déclin du charbon aux Etats-Unis a entraîné un bond des exportations américaines, notamment vers l\'Europe, note l\'AIE. Conséquence: les prix du charbon en Europe ont chuté de 130 dollars la tonne en mars 2011 à 85 dollars en mai 2012. Ainsi, lors du premier semestre 2011, l\'Allemagne, le Royaume-Uni et l\'Espagne ont tous les trois produit significativement moins d\'électricité à partir de gaz (moins générateur de gaz à effet de serre), tout en produisant notablement plus à partir du charbon, souligne l\'AIE.Ce mouvement est cependant près du « pic », affirme l\'AIE qui table en 2017 sur un retour de la consommation de charbon en Europe à un niveau « juste un peu » supérieur à celui de 2011, en raison de la part croissante des renouvelables et de la mise hors service des anciennes centrales électriques à charbon.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :