Free vaut plus que Bouygues ... et Vivendi plus que France Telecom !

 |  | 518 mots
Lecture 2 min.
Journée sous haute tension pour les dirigeants de France Télécom qui présentent ce mercredi les résultats annuels du groupe, en passe de se rebaptiser Orange. L’action cote à son plus bas niveau depuis onze ans, à 7,7 euros, ayant dévissé de 15% en un mois, après l’annonce des fortes baisses prix dans le mobile de son concurrent SFR. Ainsi France Télécom vaut en Bourse un peu moins de 20,5 milliards d’euros et s’est ainsi fait dépasser par Vivendi (maison-mère de SFR justement), qui approche des 21 milliards d’euros (20,95 milliards exactement à la clôture mardi). Déjà, en 2012, France Télécom avait signé la pire des performances du CAC 40, alors que Vivendi a rebondi de 30% depuis ses plus bas d’avril, porté par des spéculations sur des cessions voire un démantèlement. «Les investisseurs les attendent au tournant demain et craignent pour le dividende. Si les dirigeants de France Télécom baissent leurs objectifs de free cash flow ou de dividende, ils se grillent définitivement » lâche un analyste. La publication des résultats désastreux de la filiale polonaise de l’opérateur historique français avait aussi affolé le marché il y a huit jours.Free vole de record en record, gagnant 48% en un an Pendant ce temps, Iliad, la maison-mère de Free, vole de record en record. La semaine dernière, son titre a même dépassé les 145 euros. Au cours actuel de 142,15 euros, Iliad pèse 8,1 milliards d’euros, ce qui en fait la 40e valeur française, juste derrière Bolloré : le titre (qui ne fait pas partie du CAC 40 à la différence de ses trois concurrents) s’est apprécié de 48% en un an depuis le lancement de Free Mobile. De même que la fortune de son fondateur Xavier Niel, dont la participation de 59% vaut quelque 4,79 milliards d’euros…. Le quatrième opérateur mobile, et numéro deux de l’ADSL, a creusé l’écart avec Bouygues, la maison-mère du numéro trois du marché mais aussi du groupe de construction éponyme, de TF1, de Colas etc, qui capitalise 6,5 milliards d’euros. Bouygues s’est cependant nettement redressé cet automne (le titre était tombé à 17,5 euros contre 20,25 euros à la clôture de mardi). C’est France Telecom qui semble le plus attaqué en Bourse depuis plusieurs semaines. Depuis fin janvier, de nombreux analystes financiers ont abaissé leurs objectifs de cours sur l’action (de 14 à 11 euros par exemple chez HSBC, de 8,6 à 7,50 euros chez JP Morgan), après l’annonce des baisses de prix de SFR qui laissent craindre une déflation continue et accélérée sur le marché français du mobile. C\'est l\'un des sujets sur lesquels le PDG Stéphane Richard et son numéro Gervais Pellissier vont devoir rassurer. Y compris l’Etat, premier actionnaire avec 27% du capital. Le PDG sera d\'ailleurs reçu à Bercy jeudi. Malgré la moins-value importante pour l\'Etat (-31% sur 2012), son mandat ne sera remis en cause, martèle-t-on au ministère.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :