La vente de la filiale australienne d'Axa

 |   |  419  mots
Le Feuilleton d'Axa en Australie n'en finit décidément pas de connaître des rebondissements. Alors qu'on le croyait terminé avec l'annonce fin mars d'un accord entre l'assureur français et la National Australia Bank (NAB) pour la vente d'Axa Asia Pacific Holdings (Axa APH), l'opération ne va pas se faire en l'état. L'autorité de la concurrence, l'Australian Competition & Consumer Commission (ACCC) s'y oppose au motif qu'elle présenterait des risques pour le respect de la concurrence sur le marché de l'assurance vie et de la gestion de patrimoine. En revanche, l'ACCC valide l'offre d'acquisition d'AMP, autre assureur australien. Reste que l'offre de AMP qui proposait 13,1 milliards de dollars australiens avait été refusée par les administrateurs indépendants représentant les actionnaires minoritaires d'Axa APH, alors que celle de NAB à 14 milliards de dollars australiens (9,55 milliards d'euros) avait été acceptée.Axa reste désireux de vendre Dans un communiqué très neutre, Axa qui possède 54 % de Axa APH, « prend acte » de cette nouvelle situation. Le groupe français reste toujours désireux de vendre sa filiale, quelque soit le repreneur. Qu'il s'agisse de NAB qui pourrait faire une nouvelle offre dans les prochaines semaines en tenant compte des observations des autorités de la concurrence, ou de AMP qui pourrait lui aussi faire une nouvelle offre susceptible de convaincre les administrateurs indépendants. Dans l'un ou l'autre cas, Axa ne devrait pas avoir à débourser davantage que ce qui était prévu, car les deux acheteurs lui proposaient le même montage, à savoir une opération en deux temps. Dans la première transaction, l'acheteur (NAB ou AMP) acquiert 100 % d'Axa APH. Dans la seconde transaction, l'acheteur vend la totalité des activités asiatiques au groupe Axa et conserve les activités en Australie et en Nouvelle-Zélande. Le groupe français prévoyait au final de payer 2,2 milliards de dollars australiens (1,4 milliard d'euros) dans l'opération avec NAB, soit un « montant équivalent à celui qu'Axa aurait payé dans la précédente offre conjointe formulée avec AMP », précisait l'assureur en mars. Le groupe n'affiche donc pas d'inquiétude face à ce nouveau décalage dans le temps, d'autant que cette incertitude ne semble pas affecter l'activité de la filiale Axa APH qui a bien débuté l'année aux dires de ses dirigeants australiens. Le cours d'Axa a néanmoins terminé en baisse de 1,5% lundi à la Bourse de Paris. S. So.14 milliards de dollars australiens : c'était l'offre de NAB pour Axa aph.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :