Ils n'en reviennent toujours pas... Les passagers d'Oman Air q...

 |   |  411  mots
Ils n'en reviennent toujours pas... Les passagers d'Oman Air qui devaient rentrer de Dubaï dimanche se sont vu offrir un séjour gratuit dans un cinq-étoiles de la ville en attendant que la compagnie puisse reprendre ses vols entre Mascate, la capitale du sultanat d'Oman, et Paris, Munich, Francfort ou Londres. Certains ont appris par e-mail que le prolongement de leur séjour ne leur coûterait rien, d'autres l'ont découvert au moment de l'enregistrement du vol Dubaï-Mascate.Soixante-deux passagers sont logés dans ce palace dubaïote, soit moins de 1 % des Européens bloqués dans les émirats. Parmi eux, une quinzaine de Français. Et, après avoir vu à la télé le sort réservé à la majorité des passagers bloqués dans les aéroports, ils louent la jeune compagnie pour son sens aigu de l'hospitalité. « Ce n'est pas le genre d'hôtel qu'on se paie quand on part en vacances. On a une chambre qui ressemble à une suite », raconte Loïc Le Cornec, professeur des écoles à Bergues (Nord). Arrivé tôt à l'aéroport dimanche matin, Houcine Ben Tayeb, médecin hospitalier à Lille, raconte que le chef d'escale d'Oman Air a passé des dizaines de coups de téléphone pour trouver des chambres dans des hôtels plus simples avant de se rabattre sur le seul qui puisse accueillir la soixantaine de passagers en rade. « On a payé notre billet 450 euros et la chambre coûte 400 euros la nuit. C'est à peine croyable », s'étonne-t-il. Certains profitent de ce supplément gratuit de vacances pour faire du shopping, d'autres paressent au bord de la piscine en attendant d'en savoir plus sur la reprise du trafic. Dans l'après-midi, on leur a indiqué qu'ils partiront mercredi, si les vols au-dessus de l'Europe sont à nouveau autorisés. « Si la compagnie nous demande de changer d'hôtel, il n'y a pas de problème », annonce Houcine. Mais, renseignements pris, il n'est pas question d'imposer un quelconque déménagement. Mercredi, Rachel Lang espère bien retrouver les enfants qu'elle a laissés à Strasbourg et son poste d'infirmière en milieu carcéral. Pour l'heure, elle apprécie cette « prison dorée » : « Je sais que les compagnies ne sont pas obligées de nous loger. Oman Air a fait un super geste commercial. C'est tout à son honneur. » Pierre Kupferman, à Dubaï« à Dubaï, j'ai patienté dans un cinq étoiles »pierre kupferman Rédacteur en chef adjoint de latribune.frtémoignage actu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :