le retour du « market mac » et du « luxco »

Assurer ses arrières. Echaudées par certaines restructurations de dette douloureuses, les banques ont décidé de réduire au maximum les risques pesant sur les prêts octroyés lors du montage d'un LBO. Première arme : la clause de « market MAC » (material adverse change), qui a trouvé une seconde jeunesse avec la crise. Cette ligne dans le contrat de financement permet au créancier de se retirer en cas d'événement susceptible de menacer la pérennité de l'opération. Autre dispositif remis au goût du jour : le « Luxco », employé pour Spotless. Cet acronyme, qui désigne la mise en place de holdings au Luxembourg, permet aux créanciers d'éviter le droit français, et notamment la procédure de sauvegarde, qui leur est défavorable. A. M.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.