Les ménages espagnols, premiers épargnants d'Europe

 |   |  368  mots
La sixième édition du « Tableau de bord de l'épargne en Europe », réalisée par l'Observatoire de l'épargne européenne (OEE), montre une remontée du taux d'épargne des ménages dans les principaux pays européens. Sous l'effet de la crise, l'épargne de précaution a augmenté. « L'un des faits marquant est la hausse du taux d'épargne des ménages espagnols, passé de 16,2 % au quatrième 2008 à 19,5 % au quatrième trimestre 2009, en raison d'un moindre recours au crédit, constate Didier Davydoff, directeur de l'OEE. C'est désormais le taux d'épargne le plus élevé d'Europe continentale ».En termes de placements financiers, les choix des ménages européens se sont réalisés dans un contexte de taux d'intérêt courts quasiment nuls voire négatifs, et de retournement à la hausse des places financières jusqu'à la crise grecque. Cela a eu pour conséquence des retraits massifs sur les fonds monétaires, les comptes sur livret et à terme dont les dépôts ont baissé de moitié en Allemagne et en France. Cela a profité aux produits d'épargne longue comme le PEL en France avec un encours de 4,3 % plus élevé en février 2010 qu'un an plus tôt. Pour ce qui est des valeurs mobilières, les Britanniques sont redevenus acheteurs nets d'actions alors que les portefeuilles des Français investis en actions restent parmi les plus faibles d'Europe (fin 2009, ils détenaient 9,1 % de la capitalisation boursière). Dans le même temps, les souscriptions sur les fonds diversifiés ont été supérieures aux rachats.hausse du crédit à l'habitatSur l'assurance vie, les contrats à revenu garanti ont soutenu la collecte en Allemagne et en France. A l'inverse, les supports en unités de compte n'ont pas retrouvé les faveurs des ménages, signe d'une aversion pour le risque. Enfin, le crédit à l'habitat a légèrement augmenté dans tous les pays au second semestre 2009. Sur un an, les encours sont en augmentation en France (3,7 %) et en Italie (6,1 %). Quant au crédit à la consommation, il a très faiblement augmenté ou est en légère baisse, excepté en Allemagne où il progresse de 3,3 % en un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :