« Je vais à cette Coupe du monde pour la gagner, pas pour faire un safari »

Patrice Evra s'est exprimé ce mercredi à Tignes où les Bleus ont entamé leur préparation à la Coupe du Monde. Le latéral de Manchester United n'a pas mâché ses mots. Appréciez-vous ce stage ?J'ai froid et je n'aime pas ça. J'ai déjà fait du ski et des randonnées avec les « raclettes » (sic). C'est pas mal mais ce n'est pas mon environnement. Mais ce n'est pas la question. L'important, c'est ce groupe, peu importe où il est. Ne serait-ce qu'être à table ensemble permet de le souder. Il faut qu'on apprenne à se connaître un peu mieux, en faisant l'effort d'aller vers l'autre. C'est le mot d'ordre de ce stage très important pour réussir la suite. Sentez-vous un groupe solidaire ?Je le pense, oui. Mais il y a plusieurs façons d'être solidaire. Ce stage doit servir chacun à faire sortir son énergie, sa personnalité, son caractère... tout ce qui va nous permettre de gagner cette Coupe. On a un super groupe mais ça ne suffit pas. Il faut avoir des bons copains et être en même temps capable de se dire quand les choses ne vont pas.Etes-vous confiant sur la participation de William Gallas ?J'ai parlé avec lui et il se sent bien. Pour moi, il sera là. Je ne peux pas imaginer le contraire. Mais, une chose est sûre, il ne trichera pas. S'il ne peut pas participer à Coupe du monde, il n'ira pas blessé et préfèrera laisser sa place à quelqu'un.Sentez-vous un désamour des Français ?On parle de qui ? Des supporters ? Parce que, personnellement, j'affirme qu'aucun joueur international n'a envie de rencontrer l'équipe de France. Moi, je crois en cette équipe et je vais à cette Coupe du monde pour la gagner, pas pour faire un safari. Sinon, je reste chez moi. On n'est pas une grosse équipe mais on a des grosses individualités. Il est temps que ces individualités se transforment en une grosse équipe, qui battra toutes les autres.Comment réussir cette métamorphose ?C'est une volonté ! Celle de croire en soi et de s'entraider. Il va falloir faire plus pour l'autre. On est comme une famille. Il faut régler les problèmes dès qu'ils se présentent. Celui qui ne respecte pas ça, que ce soit un jeune ou un cadre, doit être remis en place.Que pensez-vous de la nomination de Laurent Blanc ?Cette question est une preuve d'incompétence. Ça confirme que tout le monde croit qu'on va faire un safari. Le présent, c'est la Coupe du monde. Les gens qui nous parlent de ce problème ne respectent pas la Coupe du monde.Quand vous parlez d'incompétence, visez-vous le président de la Fédération française, Jean-Pierre Escalettes ?Il a ses raisons mais je ne suis pas d'accord avec le fait de parler de ça. On oublie l'objectif principal. On va à cette Coupe du monde avec Raymond Domenech, stop ! Le reste, c'est le futur et je préfère vivre le présent au jour le jour. Le joueur qui pense au futur sélectionneur plutôt qu'à la Coupe du monde, il n'a rien à faire là. n patrice évra, latéral gauche de l'équipe de france de football « On n'est pas une grosse équipe mais on a des grosses individualités. Il est temps que ces individualités se transforment en une grosse équipe », analyse Patrice Evra.On part au Mondial avec Raymond Domenech, stop ! Le reste, c'est le futur et je préfère vivre le présent. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.