L'absence d'objectif fait chuter Ubisoft

LA VALEUR À SUIVRELa publication des résultats pour l'exercice 2009-2010 de l'éditeur de jeux n'a guère plu aux investisseurs : le titre a chuté jusqu'à 10,85 % en matinée touchant un plus-bas de 4 ans à 7,83 euros. Finalement, il a terminé sur un repli de 8,21 % à 8,068 euros, revenant à ses niveaux de février 2006.Si le chiffre d'affaires est ressorti légèrement supérieur aux attentes, la perte nette annuelle de 43,7 millions est plus importante que prévue. Le consensus s'attendait à 35,4 millions. « La crise économique a eu en 2009 un impact prononcé sur l'industrie du jeu vidéo », a indiqué Yves Guillemot, le PDG d'Ubisoft. Certes, la performance moindre que prévue de certains jeux a pesé sur les ventes. Mais il ne faut pas oublier qu'Ubisoft a également reporté de plusieurs mois la sortie de certains de ses projets avec les conséquences financières inhérentes.Mais plus que ces résultats, le marché a, de fait, sanctionné l'absence d'objectifs chiffrés pour 2010-2011. L'éditeur se contente d'indiquer, pour le premier trimestre, une hausse de 75 % de son chiffre d'affaires à 145 millions d'euros. Cependant les bases de comparaison (2009) sont fortement favorables à une telle annonce. Rapporté au premier trimestre 2008, ce n'est plus une hausse mais une baisse de 14 %. Par ailleurs, le silence sur les objectifs annuels laisse planer un doute sur l'avenir de la société. Après avoir raté le virage des jeux « on-line », Ubisoft va devoir effectuer un important effort financier en Recherche et Développement pour les nouvelles consoles à venir en 2012-2013. Les investisseurs craignent bel et bien que la société ne soit pas en mesure de l'assurer. Jacques Nédellec ? 8,21 %

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.