Barclays : un rapport parlementaire met en doute la sincérité de Bob Diamond

Bob Diamond, l\'ancien directeur général de Barclays emporté en juillet par le scandale de la manipulation de taux interbancaires qui a frappé la banque, a vivement contesté les conclusions d\'un rapport de la commission des Finances du Parlement.Publié samedi matin, le rapport met notamment en cause la sincérité du témoignage apporté par Bob Diamond lors de son audition par les membres de la commission, le 4 juillet dernier. La commission l\'accuse en particulier d\'avoir été \"très sélectif\" dans ses réponses.\"Une institution formidable\"\"J\'ai répondu à toutes les questions honnêtement, franchement, à partir des informations que j\'avais, et je rejette catégoriquement toute suggestion qu\'il en serait autrement\", assure Bob Diamond dans un communiqué, précisant qu\'il a comparu devant cette commission \"volontairement et alors qu\'il avait été prévenu peu en avance\".Il souligne également que la banque est \"l\'une des quelques grandes institutions financières britanniques à n\'avoir pas dû demander de l\'aide au gouvernement\" pendant la crise, \"une institution formidable\", a-t-il dit.Pour lui, le tableau dressé de Barclays par la commission \"ne saurait être plus éloigné de la réalité\".\"Un petit groupe de traders au comportement répréhensible\"Bob Diamond admet que \"le comportement d\'un petit groupe de traders sur la manipulation du Libor a été répréhensible et ne correspond pas aux critères élevés de Barclays\".A la fois, soutient-il, \"on devrait se souvenir que des problèmes plus généraux concernant le Libor ont fait l\'objet de discussions parmi les régulateurs depuis des années, et il est peu discuté que Barclays a été à la fois très agressive dans cette enquête et déterminée dans sa coopération avec les autorités compétentes\".\"Une réflexion et une régulation en profondeur des problèmes qui affectent le secteur bancaire sont nécessaires, et je n\'ai aucun doute que Barclays est décidée à faire partie de la solution\", a-t-il conclu.Barclays a révélé le 27 juin qu\'elle allait payer environ 360 millions d\'euros pour mettre fin aux enquêtes des régulateurs britanniques et américains dans cette affaire de manipulation des taux interbancaires britannique Libor et européen Euribor entre 2005 et 2009. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.