Couvrir le risque d'enlèvement

La multiplication par 3,5 du risque d'enlèvement entre 1997 et 2007, selon une étude de Hiscox, leader mondial de l'assurance kidnapping et rançon, a incité les entreprises à s'assurer contre le kidnapping de leurs salariés. En 2008, les plus kidnappés étaient les Chinois, puis les Français. Le prix de la couverture dépend du pays, de l'activité, du nombre de personnes, des mesures de prévention adoptées et du montant des garanties. Si l'assureur intervient d'habitude après un sinistre, lors d'une prise d'otage il agit dès le départ. Il mobilise un cabinet indépendant pour obtenir la libération rapide des victimes, couvre le paiement de la rançon, la perte ou le vol de cette rançon durant le transport, la perte de résultat net, les indemnités versées à la personne enlevée ou à sa famille, les conséquences de la responsabilité civile de l'entreprise. S. So.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.