L'Elysée souffle le chaud et le froid sur d'éventuelles concessions

Après la pénibilité, les polypensionnés et les carrières longues, quelles nouvelles concessions l'exécutif peut-il faire jeudi soir si les manifestants ont été nombreux dans les cortèges ? Et ce, sans toucher à ce que l'Elysée considère comme le coeur de la réforme, le recul de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans et celui de l'âge permettant de percevoir une retraite à taux plein sans décote de 65 à 67 ans. La réflexion de l'exécutif semble s'être concentrée, ces derniers jours, sur la manière d'atténuer les effets de cette dernière mesure pour certaines catégories de salariés et notamment les femmes. Vendredi, l'Elysée reconnaissait qu'il y a là « un problème inégalitaire [qui] est un vrai sujet, qu'il faut donc traiter ». Mais sans vouloir donner plus de précision sur le dispositif envisagé, se contentant d'indiquer qu'une « petite partie des femmes » pourrait être concernée. Nadine Morano, la secrétaire d'Etat à la Famille, a circonscrit la portée d'un éventuel geste, évoquant, sur RTL, des « aménagements à la marge qui ne bousculeront pas l'équilibre financier de la réforme ». Pour l'instant, les syndicats ne croient pas à une remise en cause du recul de la borne des 65 ans. « Ils disent une chose un jour, le contraire le lendemain. Nous sommes dans de la stratégie pure », souligne Eric Aubin, en charge du dossier retraites à la CGT. Dans tous les cas, les contours exacts d'un nouvel aménagement du texte ne seront définis qu'au vu de l'ampleur des cortèges de jeudi. Et intégrés dans le projet de loi via des amendements soumis aux sénateurs à partir du 5 octobre. En revanche, le gouvernement a d'ores et déjà prévenu la Chambre haute qu'il ne serait pas favorable à des changements dans le volet pénibilité qui ouvriraient la porte à la mise en place de préretraites dans les entreprises. A l'Assemblée déjà, l'exécutif s'est opposé à des dispositions similaires. A. L.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.