La bataille sur la réforme de la santé reprend aux États-Unis

Obliger les Américains à souscrire une assurance-maladie est-il conforme à la Constitution ? C'est à cette question que va devoir répondre la justice, nouveau terrain choisi par les opposants à la réforme du système de santé. Pas moins d'une quinzaine de procédures sont en effet en cours dans le pays. La plus large est en Floride, où un tribunal fédéral a jugé recevable la plainte commune déposée par vingt États contre le gouvernement. Dans le Michigan, un groupe de pression conservateur a été débouté au début du mois, mais fait appel. Ce lundi, un juge de Richmond (Virginie) a entendu les arguments des deux camps. Il rendra sa décision avant la fin de l'année. Les « antis » vont ainsi valoir que « le Congrès n'a pas d'autorité constitutionnelle » pour imposer aux citoyens d'acquérir une couverture maladie d'ici à 2014, sous peine de sanction financière », comme l'estime Bob McCollum, le procureur général de Floride. Et que « les parlementaires ont outrepassé leur pouvoir. Si nous perdons cette lutte, cela signifiera que le Congrès peut virtuellement avoir un contrôle illimité pour nous contraindre à acheter n'importe quoi », comme le souligne Ken Cuccinelli, son confrère de Virginie. Pour le juge de Richmond, en tout cas, « tout cela n'est qu'une étape vers la Cour suprême ». Car d'appel en appel, l'affaire devrait finir devant la plus haute juridiction du pays, dont cinq des neufs ont été nommés par des présidents républicains.coût exorbitantLa réforme de la santé, votée difficilement et au prix de nombreuses concessions, est devenue un symbole aux yeux de la droite américaine - celui d'un État interventionniste et qui ose s'ingérer dans la sacro-sainte liberté individuelle. Usant et abusant de contre-vérités et violences verbales, les détracteurs de la réforme n'ont jamais baissé les bras, sur le plan médiatique, d'abord, et judiciaire, ensuite.Et ce, d'autant que l'opinion publique reste majoritairement hostile à cette réforme. Même si, selon une étude du Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC), plus de 45 millions d'Américains ne bénéficient pas d'une couverture santé. Beaucoup y renoncent tout simplement, car il faut compter plusieurs centaines de dollars par mois pour une assurance privée aux États-Unis. Un coût exorbitant qu'ils pourraient bientôt avoir à supporter, malgré la promesse de recul des prix des polices et de la mise en place de crédits d'impôts. Jérôme Marin, à New York

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.