Faillite de Lehman : le gendarme boursier accusé de négligence devant le Congrès

Décidemment, les tribulations des grandes banques de Wall Street font l'actualité. Si la SEC, l'autorité américaine de contrôle des marchés vient de porter plainte pour fraude contre Goldman Sachs, elle se voit elle-même accusée de négligence dans la dossier Lehman Brothers. Un expert mandaté par la justice lui reproche d'avoir laissé Lehman s'exposer à des risques inconsidérés en toute connaissance de cause. " Nous avons découvert que la SEC était consciente des excès [de Lehman] et qu'elle a tout simplement acquiescé ", écrit l'avocat Anton Valukas dans sa déposition présentée à la Commission des services financiers de la Chambre des représentants à l'occasion d'une audition, mardi. Dépassement systématiquePrésident d'un cabinet d'avocats, M. Valukas est chargé par la justice américaine d'étudier les causes de l'effondrement de cette banque d'affaires en septembre 2008. M. Valukas accuse également Lehman Brothers d'avoir " dépassé systématiquement et obstinément les limites de risque qu'elle s'imposait elle-même ". " La direction de Lehman a décidé de ne pas tenir compte des lignes de conduites élaborées par la division de gestion du risque de la banque ", écrit-il. " Plutôt que de modifier ses décisions d'exploitation pour les mettre en conformité avec les limites de risque, la direction a décidé de modifier les limites de risque pour les adapter aux objectifs de développement de l'entreprise ", ajoute-t-il. Réduction du bilanPour sa part, l'ancien PDG de Lehman, Richard Fuld, devait défendre mardi les méthodes dhabillage de bilan de la banque. Celle-ci est accusée d'avoir utilisé la méthode du "repo 105", une procédure comptable permettant de faire sortir du bilan d'une entreprise des titres qu'elle détient en portefeuille pour une courte période. Lehman Brothers aurait eu recourt à cette méthode au cours des trois trimestres ayant précédé sa faillite dans le but de faire apparaitre la banque plus forte qu'elle n'était. "Je n'ai absolument aucun souvenir d'avoir entendu quoi que ce soit sur les transactions Repo 105 quand j'étais PDG", devait déclarer Dick Fuld selon le texte de sa déposition.Si les banques sont dans le collimateur des parlementaires, la SEC elle aussi va devoir rendre des comptes. Vendredi dernier, un rapport interne de ses services montrait qu'elle avait fait preuve de passivité vis-à-vis de l'escroquerie portant sur 8 milliards de dollars qu'un financier texan, Allen Stanford, est accusé d'avoir monté sur le modèle de celle de l'escroc new-yorkais Bernard Madoff.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.