La crise plombe les comptes de l'Unedic

Les finances du régime d'assurance chômage n'en finissent pas de plonger dans le rouge. Selon les dernières prévisions d'équilibre technique publiées mardi, l'Unedic affichera, en 2010, un déficit de 4,1 milliards d'euros, contre 1,1 milliard en 2009. Malgré des prévisions de croissance du PIB légèrement meilleures en 2011 (+ 1,6 %) qu'en 2010 (+ 1,4 %), le résultat du régime d'assurance chômage sera, l'année prochaine, encore dans le rouge à hauteur de 3,5 milliards d'euros.Conséquence, le déficit cumulé n'en finit pas de gonfler. De -6,1 milliards d'euros en 2009, il devrait atteindre -10,2 milliards en 2010, puis -13,7 milliards en2011.Stabilisation du nombre de chômeurs indemnisésPourtant, la hausse du nombre de demandeurs d'emploi devrait ralentir. L'Unedic table sur 2,171 millions de chômeurs indemnisés à la fin de 2010, contre 2,146 millions fin 2009. Mais le niveau devrait revenir à 2,058 millions à la fin 2011, ce qui permettrait de quasiment stabiliser le montant versé au titre des allocations chômage « classiques » entre 2010 et 2011, à 26,5 milliards d'euros.En revanche, la prise en charge de dispositifs spécifiques liés à la crise accroît les pertes du régime. Ainsi, la prise en charge de conventions de reclassement personnalisée (CRP) pour les licenciés économiques représentera 1,3 milliard d'euros en 2010, contre un milliard en 2009. De même, l'Unedic prévoit encore de consacrer 115 millions d'euros en 2010 aux conventions d'activité partielle de longue durée (APLD) qui permettent une indemnisation du salarié à hauteur de 75 % de son salaire brut en cas de chômage partiel,285 millions d'euros pour les «fins de droits»Autre élément, le coût de l'accord conclu le 15 avril entre les partenaires sociaux et l'Etat sur les chômeurs en fin de droits. L'Unedic s'est, en effet, engagée à verser une aide exceptionnelle de 285 millions d'euros, dont 238 millions pour 2010 et 47 millions pour 2011. Des sommes qui financeront notamment l'allocation spécifique de crise d'environ 460 euros versée aux 70 à 110.000 personnes totalement sans ressources. Les nouvelles prévisions ne tiennent, en revanche, pas compte du coût du dispositif temporaire négocié lundi et destiné à aider les salariés des entreprises victimes du « nuage ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.