La France et l'Allemagne relancent l'idée d'une taxe sur les banques

Paris et Berlin ont trouvé un terrain d'entente. Jeudi, ils ont réaffirmé leur volonté de plaider auprès du G20 pour instaurer une taxe internationale sur les banques. « L'une des questions que je souhaite voir résolue avant fin 2010 [...] est celle d'un impôt sur ces banques et autres institutions financières, y compris les fonds spéculatifs », a déclaré la ministre française de l'Économie, Christine Lagarde, souhaitant qu'il soit mis en place avant la prochaine réunion du G20 en novembre. Avant d'ajouter que « de nombreux pays penchent clairement pour une telle option et sont déterminés à mettre en place un impôt ou une taxe ». La chancelière allemande, Angela Merkel, a, quant à elle, fait part de son intention de faire pression en faveur d'une taxe sur les marchés financiers [...] lors du sommet au Canada [les 26 et 27 juin, à Toronto, Ndlr] ». « Il y aura beaucoup d'opposition », a-t-elle toutefois reconnu. Le sous-secrétaire canadien aux Finances, Tiff Macklem, a d'ailleurs rappelé qu'aucun consensus ne semblait se dégager à ce sujet. Pourtant, les lignes bougent. Jeudi, le gouvernement britannique a également prôné l'établissement d'une taxe bancaire. En France, la Cour des comptes, lors de la présentation de son rapport sur les aides d'État au secteur bancaire (lire page 25), a souhaité l'instauration de deux taxes sur les banques (l'une de contribution générale et l'autre liée aux activités de marché), rejoignant ainsi la position du Fonds monétaire international. A. M.
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.