Risque de pression sur les cours du CO2

 |  | 320 mots
Lecture 2 min.
Les cours des quotas européens de CO2 ont toutes les chances de chuter ce matin, après avoir déjà perdu 7 % la semaine dernière à 13,33 euros. « Le texte est plus vague que prévu, et le ton du dialogue a fait ressortir beaucoup de désaccord », relève Mark Lewis, analyste à la Deutsche Bank. L'absence de consensus international sur le devenir du climat n'a a priori pas d'impact sur les fondamentaux du marché. Mais depuis ce week-end, l'évolution de ? 20 % à ? 30 % de la cible de réduction des gaz à effet de serre d'ici à 2020 en Europe n'est plus d'actualité. C'est sur ce thème que les cours du quota avaient grimpé jusqu'à plus de 15 euros au début du sommet de Copenhague.rebond attendu« Le sentiment du marché sera forcément mauvais, mais momentanément », estime Emmanuel Fages, analyste à la Société Généralecute; Générale. Car la contrainte carbone demeure au sein de l'Union, avec une industrie lourde qui détient beaucoup de quotas, alors que les producteurs d'électricité allemands sont à l'achat. Si les cours devraient rester modestes sur le premier trimestre, notamment avant l'allocation des quotas mi-février, tous les spécialistes s'accordent sur le rebond attendu des cours sur le moyen terme. Un rebond auquel l'échec de Copenhague concourt paradoxalement. L'absence de successeur au protocole de Kyoto risque de ralentir les initiatives permettant de générer des crédits de CO2 (CER, Certified Emissions Reductions) dans les pays émergents. Or les industriels achètent ces CER, équivalents aux quotas européens, pour se mettre en conformité avec les objectifs que les États leur fixe. Faute d'accord international, des négociations bilatérales pourraient se mettre en place au fur et à mesure que se créent des marchés du CO2 au Japon, en Australie et aux États-Unis, créant une demande pour les projets allégés en dioxyde de carbone. Aline Robert

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :