Crédit Agricole joue les prolongations en Chine

 |   |  362  mots
Tout prend du temps avec les Chinois. C'est la remarque récurrente qui revient dans la bouche des hommes du Crédit Agricolegricole. La banque verte a annoncé lundi la prolongation de ses négociations avec son futur partenaire chinois Citic. Les deux établissements ont décidé en mai dernier de créer une coentreprise dans le domaine du courtage. Un accord devait être signé d'ici à la fin 2010. Mais les discussions ayant été ralenties, la signature a été reportée au 30 juin 2011. Les futurs partenaires ont décidé de partager leurs courtiers CLSA et Cheuvreux ainsi que les activités de Citic en Chine. Concrètement, cela revient davantage à l'ouverture du capital des courtiers de Crédit Agricolegricole à Citic plutôt qu'à un véritable partenariat. Au départ, le déséquilibre des apports donnait à la banque française un avantage en contrôlant la structure prévue. Mais entre-temps, celle-ci a changé en raison des contraintes réglementaires chinoises, indique-t-on du côté du Crédit Agricolegricole. Cette modification expliquerait le retard pris par les négociations entre les deux banques, selon plusieurs sources au sein de la banque. Les pourparlers sont d'autant plus compliqués que les autorités chinoises surveillent d'un oeil très attentif le projet de Citic, la banque étant contrôlée par l'Etat.volonté de concrétiserCes prolongations interviennent aussi à un moment de crise de gouvernance pour la banque verte. Il y a deux semaines, l'établissement a remanié en profondeur l'etat-major de sa banque d'investissement Crédit Agricolegricole CIB. Son directeur général Patrick Valroff a quitté ses fonctions et a été remplacé par Jean-Yves Hocher, l'un des nouveaux hommes forts du groupe. Le numéro deux Alain Massiera, qui était en première ligne dans les négociations avec Citic, a également été poussé vers la sortie. Crédit Agricolegricole souligne que les prolongations des discussions reflètent sa volonté de concrétiser ce projet, malgré ces changements de direction. Par ailleurs, l'annonce de la sortie de la banque du conseil de surveillance de Intesa Sanpaolo a provoqué, lundi, le recul de 2,08 % de l'action Crédit Agricolegricole en Bourse. M. Pe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :