Le Sénat américain prêt à voter une réforme santé historique

 |  | 496 mots
Lecture 3 min.
États-UnisL'espoir d'une vaste réforme du système de santé américain, dont Barack Obama a fait sa priorité, renaît. Avant de se séparer le soir de Noël, les élus du Sénat espèrent se prononcer sur un projet de loi visant à apporter une assurance santé à 31 millions d'Américains qui en sont dépourvus. Samedi, la majorité démocrate s'est ralliée le soutien crucial d'un des leurs, le conservateur Ben Nelson, qui a obtenu la garantie que des fonds fédéraux ne pourront pas être employés pour rembourser des avortements. De plus, un indépendant, Joe Lieberman, soutiendra le texte car ses auteurs ont renoncé à « l'option publique », un système d'assurance santé fédéral qui serait entré en compétition avec le privé. Sauf coup de théâtre, les démocrates du Sénat disposeront ainsi des 60 voix sur 100 nécessaires pour que l'opposition républicaine ne puisse torpiller leur texte.« Le peuple américain a fait un grand pas en avant », s'est félicité Barack Obama, alors qu'au Sénat une série de votes de procédure devait démarrer la nuit dernière. Mais la course d'obstacles de la réforme est loin d'être achevée. Une fois le texte du Sénat voté, il devra être fusionné avec celui adopté en novembre par la Chambre des représentants, dans lequel figure « l'option publique », défendue par l'aile gauche du Parti démocrate. Son ancien président, Howard Dean, estime que seule la création de ce système d'assurance fédéral permettrait de réduire les coûts de la santé aux États-Unis. Un argument récusé par le Bureau du budget du Congrès (CBO), selon lequel le projet du Sénat coûterait 871 milliards de dollars sur dix ans, largement compensés par des économies et une fiscalité alourdie pour les assureurs santé, les fabricants d'équipements médicaux et les groupes pharmaceutiques. Au total, la version du Sénat réduirait le déficit fédéral de 132 milliards de dollars entre 2010 et 2019, tout en couvrant 94 % des Américains de moins de 65 ans.Medicaid élargiLe projet du Sénat obligerait les Américains à contracter une couverture maladie ? ou à payer une pénalité ? notamment par le biais de nouvelles Bourses aux assurances en ligne censées stimuler la concurrence à travers les États fédérés. Les ménages n'ayant pas les moyens de financer cette couverture obtiendraient une aide fédérale tandis que le programme public de santé Medicaid, destiné aux plus démunis, serait élargi. Les entreprises de plus de 50 employés ne finançant pas leur couverture paieraient une amende de 750 dollars par salarié. En contrepartie de 70 milliards de dollars d'impôts supplémentaires sur dix ans et du fait qu'ils ne pourraient plus refuser de couvrir des clients en raison de problèmes de santé préexistants, les assureurs gagneront des millions de nouveaux clients. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :